Comment réussir un amincissement localisé ?

lu 4831 fois

Y a-t-il des solutions aux surcharges graisseuses localisées, réfractaires aux régimes minceur ? Afin de prévenir, perdre ou diminuer la cellulite, les progrès de la recherche pharmaceutique, de la diététique, l'amélioration de l'hygiène de vie favorisent largement une nouvelle approche, plus globale.

Les cellules graisseuses ou adipocytes stockent l'énergie de l'organisme sous forme de graisses ou triglycérides. Ceux-ci représentent le combustible que nous brûlons lors de régime hypocalorique ou de pratique d'exercices physiques vigoureux. Mais lorsque, sous l'influence de facteurs diététiques, circulatoires, hormonaux ou autres, il y a surstockage ou défaut d'élimination des triglycérides au niveau des adipocytes, ces derniers s'hypertrophient, s'engorgent et envahissent le tissu conjonctif environnant. Ce phénomène, qui est associé à une rétention hydrique localisée (provoquée, à son tour, par une augmentation de la perméabilité des parois capillaires), est à l'origine de cette graisse particulière et rebelle qu'est la cellulite.

Pour se débarrasser de ce problème inesthétique, une prise en charge globale s'impose, dont les éléments suivants font partie :

  • une alimentation riche en vitamines C, P et B6, ainsi qu'en potassium, silicium et protéines, qui agissent soit en donnant du tonus au tissu conjonctif, soit en stimulant la fonction rénale, soit en diminuant la perméabilité des capillaires. Concrètement, il faut privilégier les légumes, les fruits, les aliments protéiniques maigres et les céréales complètes, tout en limitant l'apport de sel, de sucre, de graisses, d'alcool et de café. Les vitamines ci-dessus devraient également faire l'objet d'un supplément, en cures, en particulier lors de tabagisme et prise de contraceptifs oraux, qui en augmentent les besoins

  • des exercices adaptés, qui activent la combustion locale en sollicitant les muscles proches des dépôts cellulitiques

  • l'application biquotidienne, au moins deux mois durant, d'un produit spécifique (gel, fluide, crème, etc.) sur les zones à traiter. Les amincissants locaux renferment des substances lipolytiques (caféine, algues, etc.), restructurants (silicium, collagène, etc.) et/ou vasotonifiantes et drainantes (lierre, marron d'Inde, rutine, etc.). Les plus récentes recherches ont abouti à la découverte de principes actifs capables de bloquer les deux récepteurs du stockage des graisses dans les adipocytes.

(Par Rita Ducret-Costa, Pharmacienne, paru dans Le Communiqué Santé N°19)

SOURCE : Le Communiqué Santé

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s