Comment profiter d'une collation sans a priori ?

lu 3978 fois

Près de 92 % des Français grignotent en dehors des repas [1]. C'est souvent plus fort que nous et la culpabilité nous envahit immédiatement après. Mais il est possible d'apaiser ces fringales en passant au rayon fruits & légumes qui offre un large choix de produits aux bénéfices nutritionnels variés. Entretien avec le Dr Pascale Modaï, médecin nutritionniste, pour partager quelques conseils pratiques afin de saisir chaque opportunité nutritionnelle.

Les collations sont-elles amies ou ennemies de la ligne ?

« Comment profiter d’une collation sans a priori ? » - Crédit photo : www.santepistache.com « Les périodes de restriction sont souvent suivies de fringales qui conduisent à une prise de poids. Réintégrer une collation composée par exemple de pistaches californiennes peut permettre de corriger certaines frustrations. Si elle s’accompagne d’une alimentation et d’un mode de vie équilibré, la collation peut contribuer à satisfaire les besoins nutritionnels quotidiens.

N’est-ce pas compliqué de suivre ces recommandations ?

« Non, tout l’enjeu réside dans le choix de ce qu’on mange. Je recommande souvent de garder en tête quelques repères simples pour bien orienter ses choix de consommation. Privilégiez les fibres mais aussi les glucides complexes : ces nutriments sont indispensables car ils créent une sensation de satiété durable. Les fruits et même les fruits secs (pistaches, abricots secs, pruneaux) constituent une bonne idée de collation : ils présentent de nombreux avantages en termes de conservation, d’utilisation et de bénéfices nutritionnels.

L’apéritif est-il à bannir ?

« Sûrement pas ! La cacophonie qui entoure les règles de l’équilibre alimentaire a tendance à nous priver de la fonction fondamentale de l’alimentation : le plaisir de déguster un plat à plusieurs. Or, l’apéritif est justement un de ces instants précieux de convivialité, de discussions entre amis et famille. Il s’agit simplement de bien choisir son apéritif tout en gardant en tête qu’il doit ouvrir l’apéritif et non le satisfaire complètement ».

[1] Étude IPSOS – « Conso Track Snacking » réalisée auprès de 1819 individus âgés de plus de 2 ans, 2003.

SOURCE : Wonderful™ Pistachios

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s