Comment le plaisir peut-il être un levier d'adoption de bonnes habitudes alimentaires ?

lu 3737 fois

Plaisir alimentaire et santé seraient-ils vraiment si difficiles à concilier ? C’est la question posée par la Chaire d’enseignement et de recherche d’AgroParisTech « Aliment Nutrition Comportement Alimentaire », soutenue par Danone Nutricia Research, qui a réuni récemment des experts internationaux de renom lors de son 1er Symposium. Bonne nouvelle, le plaisir alimentaire serait un levier important pour promouvoir l’adoption de bonnes habitudes alimentaires.

Grâce à la présence inédite de chercheurs pluridisciplinaires de rang international, ce colloque a révélé qu’une stratégie efficace pour promouvoir des comportements alimentaires plus vertueux passerait par la meilleure connaissance des mécanismes du plaisir alimentaire : mieux intégrer cette notion dans la nutrition permettrait de favoriser le maintien d’un corps en bonne santé.

« Les données présentées lors de ce Symposium soulignent qu’il est indispensable de tenir compte de la notion de plaisir quand on traite de nutrition, que ce soit dans le domaine de la recherche médicale, du développement ou de la reformulation de produits alimentaires ou dans le cadre de campagnes éducatives de promotion d’une meilleure alimentation», a précisé Nicolas Darcel, Maître de Conférence AgroParisTech et coordinateur de la Chaire ANCA.

Danone Nutricia Research - mécène de la Chaire ANCA - s’est investi dans cette initiative originale qui contribue à concrétiser l’engagement du Groupe Danone « d’apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre ». Sa mission prend ici tout son sens en soutenant une réflexion au croisement des neurosciences, des sciences du consommateur et de la nutrition, pour proposer une alimentation source de plaisir, de bien-être et de santé à chaque moment de la vie.

« Les travaux récents le prouvent, le plaisir et la recherche de satisfaction sont des moteurs majeurs des comportements alimentaires. L’enjeu pour Danone Nutricia Research est de comprendre comment utiliser ce levier au service d'une alimentation équilibrée, notamment par des pistes de reformulation produit. » indique Nicolas Gausserès, Directeur Nutrition de Danone Nutricia Research.

En conclusion, comme le résume Nicolas Darcel : « On a souvent tendance à opposer plaisir alimentaire et santé. Or, pour concevoir des actions améliorant effectivement la santé, il serait judicieux de replacer la question du plaisir alimentaire au centre des réflexions en nutrition ».

C’est toute l’ambition de la Chaire ANCA, partagée avec Danone Nutricia Research et les partenaires de ce symposium que sont l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) et AgroParisTech : contribuer à réhabiliter le plaisir dans la Nutrition, nourrir le débat scientifique et initier de nouveaux travaux de recherche sur ce sujet.

Extraits des échanges et mise en perspective des travaux scientifiques présentés

Le plaisir alimentaire, un phénomène complexe plus large que l’expérience sensorielle

« Le plaisir alimentaire est un processus complexe et les bases biologiques sous-jacentes le sont aussi. Ce phénomène repose en effet sur un circuit neurobiologique qui, encore aujourd’hui, reste mal connu » a rappelé Nicolas Darcel.

« L’investigation de l’activité neurobiologique nous a appris que les stimulations alimentaires que sont le goût, la texture ou la chaleur d’un aliment, sont associées à des activations de régions distinctes du cortex cérébral », a développé un des plus grands experts sur le sujet, Edmund Rolls, professeur de Neurosciences au Centre de neurosciences computationnelles1 à Oxford (Royaume-Uni).

Le plaisir alimentaire ne se résume pas à l’expérience sensorielle mais il est le fruit de la combinaison entre les stimulations par les aliments et la réponse de notre corps, interprétée par notre cerveau.

Le plaisir alimentaire structure nos comportements alimentaires

Qu’il soit le résultat d’une éducation, d’une culture, d’un historique individuel ou encore d’une religion, le comportement alimentaire de chacun reste motivé par la recherche d’une satisfaction. « Cette composante de recherche de plaisir est particulièrement déterminante dans le comportement alimentaire », a continué Nicolas Darcel. « Le plaisir alimentaire est un moteur principal de nos choix ».

Sophie Nicklaus, du Centre des Sciences et du Goût et de l’Alimentation de Dijon, a insisté sur le fait que nos habitudes alimentaires se construisent très tôt pendant l’enfance où elles s’installent de manière solide et durable : « L’éducation sensorielle est une réelle piste de réflexion, a-t-elle précisé. Apprendre aux enfants à être davantage à l’écoute de leur perception sensorielle, à mieux verbaliser leur ressenti et à enrichir leur répertoire alimentaire pourrait se révéler être une stratégie efficace pour modifier le comportement alimentaire ».

Nutrition et plaisir alimentaire : une alliance possible et bénéfique

Le plaisir alimentaire mérite de retrouver toute sa place dans la Nutrition. Daniel Tomé, Professeur de Nutrition et Directeur de l’Unité Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire à AgroParisTech, a confirmé cette idée sur le plan physiologique : « Les besoins physiologiques et métaboliques peuvent être sources de plaisir. C’est notamment grâce au processus de plaisir alimentaire que notre organisme a cette capacité, primitive, de savoir précisément de quels nutriments il a besoin à un instant de sa vie ou de sa journée », a-t-il expliqué.

La Chaire Aliment Nutrition Comportement Alimentaire (ANCA), une initiative novatrice pour améliorer et partager largement la connaissance en nutrition

La chaire ANCA est une chaire de mécénat, créée en novembre 2011 par Danone Nutricia Research et AgroParisTech, et portée par la Fondation AgroParisTech [1]. Cette chaire a deux missions principales : sensibiliser et éduquer aux enjeux de l’alimentation pour la santé de l’Homme et stimuler la recherche en nutrition, notamment sur le thème des liens entre plaisir alimentaire et santé. Elle s’adresse en priorité aux générations actuelles et à venir d’acteurs et de décideurs du domaine de l’alimentation et a pour vocation de partager le plus largement les savoirs et connaissances en nutrition.

Afin de couvrir au mieux les disciplines scientifiques au coeur des enjeux de nutrition, la Chaire implique trois départements de formation et de recherche d’AgroParisTech : le département « Sciences de la vie et santé », le département de « Sciences et procédés des aliments et bioproduits », le département « Sciences économiques, sociales et de gestion ».

Pour Danone Nutricia Research,! ce mécénat concourt à répondre à la mission du Groupe Danone « d’apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre », en contribuant à l’amélioration des connaissances dans les champs de l'alimentation et à leur diffusion, en particulier pour trouver de nouvelles solutions renforçant le lien entre alimentation et santé.

[1] A propos de la Fondation AgroParisTech : Le champ des sciences du vivant et de l’environnement est riche de nombreux défis auxquels la Formation et la Recherche peuvent apporter des réponses. Ce constat a amené l’école AgroParisTech à créer une fondation à même de drainer des ressources dédiées à la conduite d’activités innovantes, porteuses de sens et en phase avec les besoins de notre temps. « Connaître pour pouvoir agir » : ainsi pourrait être résumée la vocation de la Fondation. La fondation AgroParisTech est une fondation sous l’égide de la Fondation ParisTech, fondation reconnue d’utilité publique.

Source : Chaire ANCA

SOURCE : Chaire ANCA

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s