Combien coûte une alimentation équilibrée ?

lu 6960 fois

Il existe peu de données sur ce point. Le chiffre disponible le plus récent provient du rapport de la Commission des familles : le coût minimal d'une alimentation équilibrée serait de 4 à 5 € par jour, alors que les ménages vivant sous le seuil de pauvreté disposent de 3,70 € par jour pour leurs dépenses alimentaires (1). Les dépenses alimentaires moyennes en France seraient de l'ordre de 6,30 € par personne.

On sait par ailleurs que l'alimentation est après le logement le second poste de dépenses des ménages. Les dépenses d'alimentation représentent 13 % du budget des plus aisés, alors qu'elles s'élèvent à 30 % voire à la moitié du budget des ménages défavorisés.

Le niveau d'éducation semble être un facteur aussi déterminant que les revenus dans les choix alimentaires : les personnes les moins éduquées consomment plus de gras et de sucre, moins de fruits, de légumes, de produits laitiers et de poisson que celles qui ont niveau d'études et/ou de revenus supérieurs. Il faut également tenir compte de l'effet des prix toujours plus bas de ces produits gras et sucrés, alors que les prix des fruits et légumes ont tendance à s'envoler.

Les études montrent aussi que certains comportements alimentaires observés dans la population générale sont accentués par la faiblesse des revenus : grignotages réguliers remplaçant les repas, repas sautés ou inexistants.

« Pour la plupart des vitamines et des minéraux, les apports sont systématiquement plus faibles dans les populations de statut économique modeste... Les données françaises montrent que ces familles achètent 5 kg par personne et par an de fromage en moins que le reste de la population et que leur consommation globale de poisson est significativement plus faible » (2). Une faible consommation de fruits, légumes, fromage et poisson seraient les marqueurs d'un faible statut socio-économique.

« Les populations précaires ont tendance à consommer moins d'aliments comme les fruits et légumes dont il est conseillé d'augmenter la consommation et plus d'aliments dont on conseille de limiter la consommation du fait de leur richesse en matière grasse et en sucre. » (3)

Des conséquences possibles pour la santé

Une alimentation équilibrée contribue à une bonne santé. Une alimentation monotone à l'inverse, avec peu de fruits, de légumes et de produits laitiers fait courir le risque de carences en vitamines et minéraux susceptibles de favoriser le développement de maladies chroniques comme les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les cancers et aussi l'ostéoporose.

Il est aujourd'hui connu que l'obésité est plus fréquente chez les personnes les moins aisées. Le risque de devenir obèse est cinq fois plus élevé lorsque l'on vit dans la précarité sur le plan économique, social ou psycho-affectif. En France, 10 % des adultes de 20 à 64 ans et 12 % des enfants ou des adolescents de moins de 18 ans sont obèses, soit presque 5 millions de personnes (4).

Cette maladie est à l'origine de nombreuses autres complications comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires, respiratoires, articulaires, sans oublier l'impact psychologique et entrainerait des dépenses de santé estimées à 5 milliards d'euros.

Quand on a peu d'argent, la quantité passe avant la qualité

De nombreuses études montrent que les populations défavorisées sur le plan des revenus et disposant d'un faible niveau d'études ont une consommation élevée d'aliments tout prêts gras et salés (chips, feuilletés, frites, friands, panés, pizza ...) ou gras et sucrés (croissants, brioches, biscuits, barres chocolatées ...). Ces aliments apportent des calories pas chères, les prix des produits étant inversement proportionnels à leur densité énergétique. (5)

Références :

  1. Rapport de la Commission des familles, vulnérabilité, pauvreté, avril 2005
  2. Prévalence, lettre de l'InVs, juillet 2005
  3. La santé vient en mangeant guide alimentaire pour tous — PNNS — INPES, 2002
  4. Rapport Corpulence et consommation médicale, Assurance Maladie, juin 2005
  5. Obésité : comprendre, aider, prévenir. Rapport de l'OPEPS - Etude INSERM - octobre 2005

(Alimentation et Précarité, n°31 octobre 2005)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s