Colloque « Alimentations adolescentes » les 12 et 13 octobre à Paris

lu 2687 fois

Le colloque OCHA (Observatoire Cniel des Habitudes Alimentaires) qui se tiendra à Paris à La Cité Internationale, les 12 et 13 octobre prochains présentera les principaux résultats d'AlimAdos, un programme de recherche de l'Ocha, mené avec deux laboratoires du CNRS (Alsace et Provence-Alpes-Côte d'Azur) et l'ANR (Agence Nationale de la Recherche).

Colloque « Alimentations adolescentes » les 12 et 13 octobre à Paris - Crédit photo : www.lemangeur-ocha.com AlimAdos, c’est près de 15 chercheurs, plus de 500 familles enquêtées, plus de 1500 entretiens menés sur 3 ans, un travail de recherche exceptionnel par sa richesse et son ampleur, qui vise à comprendre la relation des adolescents à leur alimentation et à leur corps, à décrypter leurs logiques et leurs ambivalences, sans jugement de valeur.

« Les ados et l’alimentation, c’est forcément la malbouffe », « La diététique, il ne faut pas leur en parler, ils disent que ça les gave ! », « La cantine, pour eux, c’est l’horreur ! ».

Au-delà des idées reçues des adultes, les résultats de cette recherche suggèrent de regarder ces jeunes comme des mangeurs qui entendent les discours sur le bien et le bon manger, réfléchissent à ce qu’ils mangent, connaissent les normes, négocient avec, ne sont pas dupes des écarts entre leurs discours et leurs comportements.

  • Quelle est la relation des adolescents à leur corps et à leur alimentation ?
  • Comment en parlent-ils, comment leur en parler ?
  • Que mangent-ils et comment : à domicile ? à la cantine ? dans la rue ?
  • Que représentent pour eux l’alimentation en famille ?
  • Qu’est ce qui est bon ou mauvais pour la santé, qui fait grossir ou mincir, qui rend beau, fort ou qui fait honte, qui me définit et me distingue de l’autre ?
  • Quel rôle l’alimentation joue-t-elle dans la socialisation de ces jeunes, issus d’origine et de milieux sociaux très divers ?

Esthétique, santé, goûts et dégoûts, transgression, partage... mais aussi reste d’enfance et transmission avec des « doudous alimentaires » comme le lait ou la soupe de grand-mère qui sont consommés dans l’intimité, toutes ces questions ont été abordées pour mieux comprendre les adolescents en France aujourd’hui.

Les chercheurs d’AlimAdos, sociologues, ethnologues, bio-anthropologues, ont travaillé non seulement auprès des jeunes de 12 à 19 ans mais également auprès de leur entourage, familles, personnels scolaires, animateurs... Entretiens, observations participantes, carnets de consommation...les techniques de recherches sur le terrain ont été multiples pour connaître et comprendre en profondeur ces alimentations adolescentes.

Pour de plus amples informations, consulter :

SOURCE : OCHA

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s