Cholestérol : et un oeuf de plus ?

lu 4686 fois

L'addition quotidienne de cholestérol alimentaire par ingestion d'un œuf ne semble pas augmenter le risque athérogénique chez l'homme sain, qu'il soit hypo- ou hyper-répondeur.

Quarante hommes sains (18-57 ans) ont ajouté quotidiennement à leur alimentation soit un œuf (= 640 mg de cholestérol), soit un placebo pendant deux périodes de 30 jours, séparées par 3 semaines de wash-out.

Les sujets ont été classés en " hypo-répondeurs " (augmentation de la cholestérolémie < 0, 05 mmol/l pour chaque centaine de milligrammes d'additif alimentaire de cholestérol) ou en " hyper-répondeurs " (augmentation de la cholestérolémie >/= 0, 06 mmol/l pour chaque centaine de milligrammes d'additif alimentaire de cholestérol).

- Contrairement aux hypo-répondeurs, les hyper-répondeurs ont présenté une augmentation significative du cholestérol LDL ou HDL (p < 0,0001 et p < 0,05, respectivement) pendant les périodes de consommation de l'œuf.

- Bien que le ratio LDL/HDL ait augmenté chez les hyper-répondeurs pendant les périodes de consommation de l'oeuf, cette augmentation est restée dans les normes du NCEP (programme américain d'éducation au contrôle du cholestérol).

- Cependant, les hyper-répondeurs ont présenté une activité plus élevée d'acyltransférase lécithine cholestérol (p < 0,05) et de CETP (cholesteryl ester transfer protein) (p < 0,05) pendant les périodes de consommation de l'œuf. Ceci suggère une augmentation du RCT (reverse cholesterol transport).

SOURCE : CitizenDoc

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s