Choix alimentaire : question d'ambiance

lu 2790 fois

L'article résume les différentes recherches effectuées afin de comprendre l’influence de l'environnement, souvent mésestimée, sur les choix alimentaires et les quantités ingérées.

La prise alimentaire (solide ou liquide) en groupe, plutôt qu’en solitaire, augmente fortement la consommation, avec une hausse de plus de 76 % de l’apport énergétique à partir de sept convives !

La nature des convives a également un impact : les enfants sont influencés par leurs parents, de même que les adolescents malgré l’ascendant exercé par leurs pairs, le mari par sa femme, et inversement...

Les repas pris en famille ou entre amis, sans tension, sont plus copieux que ceux pris en présence d’un inconnu, de collègues, voire d’une personne séduisante du sexe opposé.

De nombreux facteurs incitent à la consommation : l’accessibilité des produits, les larges portions, le packaging facilitant la préhension, la variété des aliments et de leur couleur, leur présentation, leur odeur, mais aussi le lieu : restaurant plutôt que cantine, lumière tamisée, température fraîche...

Les souvenirs liés à un aliment, le moment de la journée, le bruit, la musique d’ambiance, la télévision (temps consacré devant, publicité) ont aussi un impact sur les choix alimentaires, le temps passé à se restaurer et donc sur les quantités ingérées.

De petits changements dans l’environnement, comme la présence d’un pichet d’eau ou d’une corbeille de fruits sur la table, d’une fontaine à lait au milieu des autres boissons d’un self, pourraient modifier nos choix alimentaires et nous faire évoluer simplement vers un meilleur équilibre nutritionnel.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s