Cancer : quand les aliments nous protègent

lu 4678 fois

Une alimentation équilibrée et variée diminue le risque de développer un cancer : si aujourd'hui cette idée ressemble à une lapalissade, ce n'était pas le cas il y a cinq ans. « Le domaine de recherche Nutrition et cancer, bien que très actif depuis une vingtaine d'années souffrait d'un déficit d'intérêt et d'information auprès du grand public » rappelle ainsi Paule Martel, directrice de recherche à l'Inra.

Face à ce constat, des chercheurs de plusieurs organismes français de recherche décident de se rassembler pour créer le réseau NACRe (National Alimentation Cancer Recherche) en janvier 2000. Leur objectif ? Contribuer à une véritable prévention nutritionnelle des cancers et en profiter pour améliorer la recherche dans ce secteur.

Aujourd'hui, NACRe regroupe 150 chercheurs issus de 27 équipes d'organismes variés : Inra, Inserm, CNRS, Cnam, Institut Curie, Afssa, universités, etc. Et personne n'est de trop lorsqu'il s'agit de relever les trois ambitieux défis du réseau. Tout d'abord, « faire le point des connaissances sur les relations entre certains constituants alimentaires et cancer, explique Paule Martel, qui coordonne NACRe.

Les quatre premières synthèses, consacrées successivement aux fibres, aux fruits et légumes, aux viandes et aux lipides, en lien avec le cancer, ont donné lieu à plusieurs conférences et publications ». Le second défi découle du premier : puisque ce travail leur permet de mettre à jour les lacunes de telle ou telle thématique, les équipes s'organisent pour les combler ! C'est ainsi que sont nés des projets communs, notamment sur la nutrition des patients cancéreux : « Un régime alimentaire spécifique ne remplace pas la chimiothérapie.

Mais les bienfaits thérapeutiques de la nutrition méritent que l'on associe les deux » précise Marie-France Poupon, directrice de recherche au Laboratoire « Instabilité du génome et cancer » (1), présente dès la naissance du réseau. Le troisième dessein de NACRe ne s'avère pas le moindre puisqu'il consiste à diffuser le plus largement possible les résultats de recherche, soit auprès des professionnels de la santé (2), soit auprès du grand public : « Nous participons depuis deux ans à la rédaction des conseils nutritionnels pour le calendrier de la Ligue contre le cancer » explique Paule Martel.

Résultat ? Des recettes conçues par des grands chefs qui mettent en pratique les conseils nutritionnels rédigés par les membres du réseau NACRe. Allier plaisir et lutte contre le cancer n'est pas le plus mince exploit qu'ils ont réalisé.

Références :

  1. CNRS / Institut Curie.
  2. Ils ont reçu en 2003 le fascicule baptisé « Alimentation, nutrition et cancer : vérités, hypothèses et idées fausses ».

SOURCE : Le Journal du CNRS

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s