Cancer : la France peut mieux faire

lu 2961 fois

La Ligue contre le cancer pose la question du suivi médical des personnes âgées en France et revient dans le cadre de l'événement national « Octobre Rose », sur le dépistage organisé du cancer du sein négligé et oublié chez plus de 50 % des femmes censées y avoir recours. Toujours au coeur de l'actualité, la Ligue s'interroge sur les conséquences des pesticides dans la survenue de certains cancers chez les agriculteurs français. Trois sujets exclusifs à découvrir dans le prochain numéro de Vivre, disponible en kiosque le 8 octobre prochain.

Enquête : Vivre ouvre un grand chantier à la fois politique, citoyen et médical sur la prise en charge des personnes âgées atteintes d’un cancer. « Vivre et agir contre le cancer »

En 1950, la France comptait 2 millions de personnes âgées de plus de 75 ans, ils seront 6 millions en 2020. Sur 147 000 décès annuels pour cause de cancers, 59 000 surviennent entre 65 et 79 ans.

Le nombre de personnes âgées atteintes d’un cancer est en constante augmentation, les patients de plus de 75 ans représentent 30% des nouveaux cas de cancers. Aussi, Vivre a mené une enquête révélant la déconsidération, l’isolement et le suivi médical inadéquat des personnes âgées.

Malades et professionnels du monde médical témoignent afin d’apporter un éclairage sur les actions de prévention, de dépistage, l’approche médicale et la prise en charge spéciales aux situations des personnes âgées. Première avancée : l’oncogériatrie, discipline récente, permet une meilleure prise en charge médicale et sociale des cancéreux âgés et de dynamiser la recherche clinique.

Actualité « Octobre rose » cancer du sein : motiver l’adhésion au dépistage organisé, les étapes de la reconstruction mammaire et le témoignage exceptionnel de Marie-Laure Augry

« Octobre rose », mois de lutte contre le cancer du sein, est l’occasion de susciter l’échange sur ce cancer qui reste le plus fréquent chez les femmes, et d’augmenter l’adhésion au dépistage organisé. En France, ce programme permet à toutes les femmes de 50 à 74 ans de bénéficier d’une mammographie de dépistage gratuite tous les deux ans. Or, moins de 50% d’entre elles, à savoir 2 millions de femmes, ne font pas appel à cette méthode à double lecture médicale qui est la seule méthode viable. A noter : le sujet du « cancer du sein » est également traité à travers le témoignage de Marie-Laure Augry et dans un article sur la reconstruction mammaire.

« Pesticides et cancers : les agriculteurs en première ligne »

Les révélations du rapport du professeur Dominique Belpomme sur les conséquences de l’usage massif des pesticides dans l’agriculture antillaise et le Grenelle de l’environnement sont l’occasion de revenir sur l’étude nationale Agrican (*) lancée en 2005 qui permettra de connaître le risque cancer en milieu agricole en France. Les premiers résultats devraient être disponibles fin 2009.

(*) Etude lancée fin 2005 par le Grecan et financée par la MSA, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), la Fondation de France et la Ligue nationale contre le cancer.

Au sommaire de Vivre : soulever des sujets au coeur de l’actualité

En cahier central : les comptes 2006 de la Ligue contre le cancer

Les comptes de La Ligue contre le cancer en toute transparence, disponibles pour le grand public en kiosque dans ce nouveau numéro de Vivre. La Ligue s’avère être le premier financeur associatif et indépendant de la recherche contre le cancer en France. Les ressources de la Ligue sont principalement le produit de la générosité du public (82,9%). Quant à l’emploi de ces dernières, elles se concentrent à 69% en direction des missions sociales, les 31% restants conforte le maillage territorial de la Ligue (103 Comités départementaux et siège).

Mais aussi, l’interview du Pr Henri Pujol qui quitte la présidence de la Ligue contre le cancer et la profession de foi du nouveau président, le Pr Français Larra,...

« Alcool : lever les tabous »

A quand une dynamique de prévention et de mobilisation efficace comme celle initiée contre le tabagisme ?

« Décret Bertrand : zéro tabac ! »

A la veille de la mise en application de la deuxième partie du décret Bertrand, le travail d’encouragement et de prévention reste toujours autant d’actualité.

« Vivre et agir contre le cancer »

Le trimestriel de référence de la lutte contre le cancer, grand public et indépendant, change sa têtière pour ce nouveau numéro et devient "Vivre et agir contre le cancer". Vivre se positionne comme magazine de politique, de société et de consommateurs et revient sur les grands sujets d’actualité de la recherche et de l’information cancérologiques. Tiré à 867 000 exemplaires, il est disponible en kiosque au prix de 3 ¤ (dont 1,50 ¤ reversé à la recherche) et par abonnement.

La publication de Vivre est dirigée par le professeur Francis Larra, le directeur de la rédaction Christophe Leroux et la secrétaire de rédaction Karine Ansel.

La Ligue contre le cancer

Créée en 1918, la Ligue nationale contre le cancer est une association loi 1901 à but non lucratif et reconnue d’utilité publique. Elle est une ONG indépendante reposant sur la générosité du public et sur l’engagement de ses militants. Forte de ses 730 000 adhérents, la Ligue est un mouvement populaire organisé en une fédération de 103 Comités départementaux.

Ensemble, ils luttent dans trois directions complémentaires : la recherche, l’information - la prévention - le dépistage et les actions pour les malades et leurs proches.

Par le biais de ses trois missions sociales parfaitement imbriquées, la Ligue est le premier financeur associatif et indépendant de la recherche contre le cancer à posséder une vue d’ensemble et à avoir une approche globale de la maladie. Sa pluridisciplinarité, son indépendance financière et politique font d’elle l’observateur privilégié, capable de réunir un maximum de compétences oeuvrant en faveur de la recherche contre le cancer.

Parce que le cancer est un problème de santé mais aussi une question de société, la Ligue communique activement depuis plusieurs années sur la nécessité de modifier l’image sociale de la maladie.

Plus de renseignements sur www.ligue-cancer.net

SOURCE : Communiqué de presse du 19 septembre 2007

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s