Cancer du sein : les boissons sucrées en cause ?

lu 6032 fois

La consommation de boissons sucrées pendant l'enfance aurait-elle un lien avec le risque de cancer du sein ? C'est la question que soulèvent les résultats d'une étude, rapportant un lien entre la prise de boissons sucrées et l'apparition précoce des règles.

« Cancer du sein : les boissons sucrées en cause ? » Le cancer du sein représente actuellement une cause majeure de mortalité chez la femme. Certains travaux expérimentaux menés chez le rongeur ont déjà suggéré que le remplacement de l’eau par une boisson au cola était associé à un taux de tumeurs mammaires plus important [1]. Ces résultats sont à relativiser et chez l’humain, il n’existe pas de preuve liant la consommation de boissons sucrées à l’apparition du cancer du sein.

Une étude menée au Limbourg, en Belgique, vient relancer le débat. Elle porte sur l’influence de certains facteurs du style de vie, dont la consommation de boissons sucrées, sur le développement physique, la puberté, la croissance des seins et l’âge d’apparition des règles [2].

Les auteurs ont ainsi pris en compte l’histoire familiale, l’indice de masse corporelle, l’activité physique, ainsi que... la consommation de boissons sucrées depuis la naissance jusqu’à l’apparition des règles, et cela auprès de 1146 jeunes filles de deuxième secondaire âgées en moyenne de 13 ans.

Règles précoces

Les résultats montrent que l’âge de la puberté et de l’apparition des règles est influencé par plusieurs variables, dont l’indice de masse corporelle, l’activité physique et la nutrition. Les auteurs relèvent notamment que la consommation de boissons carbonatées, telles que les soft-drinks, est associée à une apparition plus précoce de la puberté et des règles. Une caractéristique considérée comme un facteur associé à un risque accru de cancer du sein.

La mise en évidence d’une relation entre l’apparition des premières règles et le style de vie, dont la consommation de boissons sucrée suggère que la prévention du cancer du sein pourrait bel et bien débuter déjà très tôt dans la vie. Précisons cependant qu’elle ne permet certainement pas d’établir un lien de cause à effet, et que la consommation de boissons sucrées pourrait très bien n’être qu’un marqueur d’autres caractéristiques, notamment alimentaires. Il serait utile de continuer la recherche dans ce domaine pour préciser si ce lien entre le style de vie et l’apparition des règles peut être confirmé, et éclaircir les mécanismes physiologiques qui le sous-tendent.

Références :

  1. Belpoggi F et al. Ann N Y Acad Sci. 2006; 1076: 736-52.
  2. Vandeloo MJ et al. Eur J Cancer Prev 2007; 16: 17-25.

(Par Vassiliki Zafiropoulos et Nicolas Guggenbühl, Diététiciens Nutrionnistes, " HEALTH & FOOD " News du 24 janvier 2007)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s