Calcium et vitamine D : un duo bénéfique pour nos os

lu 12310 fois

Dans la plupart des pays occidentaux les apports en calcium et en vitamine D au cours de l'enfance et de l'adolescence sont suffisants pour éviter l'apparition d'une pathologie osseuse patente pendant l'enfance. L'intérêt porté aux apports calcique et vitaminique D des enfants et adolescents, depuis une quinzaine d'années, s'explique autrement : en effet, la masse minérale osseuse atteinte en fin de croissance est un déterminant majeur du risque d'ostéoporose, au même titre que la perte de la masse minérale osseuse post-ménopausique et/ou liée à l'âge.

La carence en calcium est-elle fréquente ?

Oui et cela en raison d’un apport alimentaire insuffisant, d’un besoin accru, d’une mauvaise assimilation ou encore d’une excrétion exagérée. Selon de nombreuses études épidémiologiques menées dans les pays industrialisés, l’apport de calcium par le biais de l’alimentation est en moyenne largement inférieur à la dose recommandée chez l’adulte, soit 800 mg par jour. A titre d’exemple, si l’on prend en considération les laitages qui représentent de bonnes sources de calcium aisément assimilable, cette valeur correspond à environ 6 dl de lait, 3 yogourts, 70 g de fromage à pâte dure ou 500g de fromage blanc à 0% de matière grasse.

Les adolescents, les femmes enceintes, allaitant ou ménopausées ainsi que les personnes âgées, dont les besoins calciques sont nettement plus élevés, font partie des groupes à risque. De nombreux facteurs augmentent l’élimination rénale de ce minéral ou en contrecarrent l’assimilation: une consommation excessive de caféine, alcool, sel et protéines, la carence en vitamine D, la fumée (même passive!), le stress, l’entraînement physique ou, à l’inverse, la sédentarité et le repos forcé, la prise de certains médicaments (p. ex. antiacides, laxatifs, diurétiques, cortisone et dérivés), etc.

Le calcium étant le minéral le plus important pour la formation et l’entretien du capital osseux, il n’est guère étonnant que l’ostéoporose soit si répandue !

La vitamine D joue-elle un rôle aussi important pour l’assimilation du calcium qu’on le prétend ?

Parmi les plusieurs facteurs qui favorisent l’assimilation intestinale et/ou la fixation du calcium dans les os, la vitamine D figure en effet au premier rang. Malheureusement, cette substance est rare dans l’alimentation: on la retrouve notamment dans les poissons gras et mi-gras (thon, saumon, maquereau, etc.), le foie, les fromages à pâte dure et le beurre, d’où un risque bien réel de carence, entre autres, pour les végétariens stricts. La principale « source » de vitamine D est le soleil: notre peau est en mesure de la fabriquer sous l’influence des rayons ultraviolets.

Il va de soi que les personnes sortant peu ou trop vêtues et celles vivant dans des pays à faible ensoleillement risquent de manquer de vitamine D. Il en va de même pour les aînés et les sujets utilisant de façon régulière un produit solaire à indice de protection élevé, chez lesquels la synthèse cutanée de cette vitamine est amoindrie.

(Par Rita Ducret-Costa, Pharmacienne, paru dans Le Communiqué Santé N°41)

SOURCE : Le Communiqué Santé

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s