Café : moins de 5 tasses par jour, que du bonus !

lu 5173 fois

Café : moins de 5 tasses par jour, que du bonus !

Pour une consommation inférieure à 5 tasses par jour (400 mg de caféine), le café n’entraîne aucun risque à long terme pour la santé. C’est l’avis que formule, aux Etats-Unis, le Comité consultatif en diététique du département de la santé. Une consommation modérée de café semble même apporter une certaine protection contre le diabète, les maladies cardiovasculaires, certaines affections hépatiques et diverses maladies neuro-dégénératives…

Le « petit noir », à raison de 2 à 3 tasses par jour, va jusqu’à diminuer de 10 % la mortalité, estimait en 2012 une vaste étude menée auprès de 400 000 participants suivis pendant 13 ans. Deux ans plus tard, une autre étude en apportait confirmation : à raison de 3 à 4 tasses par jour, calculait-elle à son tour, le café peut diminuer la mortalité de toutes causes, y compris d’origine cardiovasculaire. Une consommation modérée diminue le risque de maladie coronarienne, d’insuffisance cardiaque et de diabète. Plusieurs études attribuent aussi au café une diminution du risque d’accident vasculaire cérébral de l’ordre d’environ 20 %, pour des consommations allant de 1 à 3 tasses, voire de 1 à 5 ou 6 tasses.

Anti-cancer peut-être, mais pas trop chaud ?

Même le risque de certains cancers pourrait être diminué, en raison des propriétés anti-oxydantes et peut-être même anti-mutagènes du café. D’une étude à l’autre, on a évoqué successivement le cancer de la tête et du cou (pour 4 tasses), de l’endomètre (au-delà de 4 tasses), de la prostate (6 tasses), du sein (plus de 5 tasses). Les risques de carcinome baso-cellulaire et de mélanome pourraient aussi être limités. Dans un résumé [1] publié en ligne le 15 juin dernier, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) estime plutôt que les données sont insuffisantes pour tirer une conclusion. Mais il met en garde en même temps contre les boissons bues très chaudes (plus de 65°), « probablement cancérogènes ». A suivre…

Contre la déprime… et la cirrhose !

Stimulant rapide du cerveau, le café est aussi crédité d’effets positifs à long terme sur la fonction cognitive. Il favorise la mémoire, diminue le risque de démence et de maladie d’Alzheimer. Mais aussi de maladie de Parkinson et de sclérose en plaque, où son action anti-inflammatoire est évoquée dans un article récent [2]. Chez les femmes, des études mentionnent un risque de dépression diminué de 15 % pour 2 à 3 tasses quotidiennes et de 20 % pour au moins 4 tasses par jour.

La consommation de café pourrait aussi ralentir l’évolution de plusieurs maladies du foie : hépatite C, carcinome hépato-cellulaire, stéatose non alcoolique… Une publication récente [3], qui regroupe 9 études menée à long terme chez plus de 432 000 personnes, montre aussi une action anti-cirrhose du café. Avec un effet-dose : de 2 tasses en 2 tasses, le risque diminue. Les auteurs de l’étude estiment que cet effet anti-fibrose hépatique est encore plus net que celui des statines sur le risque cardiovasculaire ! Il serait attribuable aux propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes du café.

Bien sûr, à consommer avec modération…

Enfin, d’autres maladies comme la goutte, le syndrome de Sjögren, certaines infections pourraient aussi bénéficier d’un peu de café. Mais comme toute médaille a son revers, une consommation excessive n’est pas sans conséquence. Elle pourrait augmenter les risques d’hypertension artérielle, de glaucome, d’anxiété, d’insomnie, de tremblements… Les femmes enceintes ou celles qui cherchent à l’être sont aussi invitées à la modération. Plus de 2 cafés par jour pourrait augmenter de 75 % le risque de fausse couche, prévient aujourd’hui une étude [4]. Plus curieux encore : le risque serait tout autant augmenté lorsque c’est le partenaire masculin qui boit les deux cafés !

Sans justifier l’affolement, c’est en tout cas une invite à la modération. Les bénéfices santé que l’on attribue au café ne justifient sans doute pas tous les excès !

Références

  • Stetka BS. « Le café est-il bon pour la santé ? Focus sur les dernières données ». Medscape France, 15/12/2015.
  • Scientific Report of the 2015 Dietary Guidelines Advisory Committee. Appendix E‐2.39a: Usual Caffeine Consumption and Health Evidence Portfolio
  • Sur quelques points particuliers :

    1. Loomis D, et coll. Lancet Oncology 2016. DOI:10.1016/S1470-2045(16)30239-X
    2. Hedström AK, et coll. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2016 ; 87(5) :454-460. DOI:10.1136/jnnp-2015-312176
    3. Kennedy OJ. Alimentary Pharmacology & Therapeutics 2016; 43(5):562-574. DOI:10.1111/apt.13523
    4. Buck Louis GM, et coll. Fertil Steril 2016. DOI:10.1016/j.fertnstert.2016.03.009

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s