Buvez, Bougez, « Brûlez » : Boire de l'eau aiderait-il à mieux surveillez son poids ?

lu 5711 fois

Dans le cadre d'une récente conférence de presse, Eveline Eschwège (cosignataire du rapport Obépi), Jodi Stookey (PhD en épidémiologie à l’hôpital d’Oakland) et Florence Constant (Médecin et PhD en santé publique, responsable de la recherche clinique chez Nestlé Waters), ont fait le point sur l’obésité en France, le rôle de l’eau dans le contrôle des apports énergétiques et l’oxydation des graisses lors d’une activité physique et l’état d’hydratation des écoliers.

« « Buvez, Bougez, Brыlez » : Boire de l'eau aiderait-il à mieux surveillez son poids ? » - Crédit photo : REVOLUTIONR Denis Cans, président de Nestlé Waters France, invitait au Parc des Princes à Paris Jodi Stookey, épidémiologiste dans le domaine de la nutrition au Children's Hospital Oakland Research Institute (USA), pour répondre à cette question. « Aujourd'hui, un niveau de preuve élévé existe en faveur d'une action bénéfique de la consommation d'eau sur deux déterminants majeurs de l'équilibdre pondéral : les apports énergétiques et l'oxydation des graisses ».

Jodi Stookey a présenté les résultats de sa revue d'études scientifiques menées pour comprendre l'impact de la consommation d'eau sur l'équilibre pondéral (1-17). Ainsi tous les résultats convergent, boire de l'eau : permet de réduire l'apport énergétique total (2) ; favorise l'oxydation des graisses lors d'un exercice physique (3-15) ; aiderait à surveiller son poids, chez les enfants (16) comme chez les adultes (17).

Lors d'études d'intervention en milieu scolaire incitant à privilégier l'eau comme premiиre source d'hydratation, une stabilisation du poids des enfants ou adolescents sensibilisés a été observée(16).

Chez l'adulte en surpoids, l'association de la consommation d'eau à un régime hypocalorique favoriserait la perte de poids (17)

Les résultats trиs prometteurs de la revue de Jodi Stookey sont d'autant plus importants à communiquer que « de génération en génération, on devient obиse de plus en plus tфt » (18). Lors de la conférence de presse, Eveline Eschwиge, Directrice de Recherche Emérite à l'INSERM a rappelé l'importance de la progression de l'obésité en France sur la base des résultats de l'enquкte ObEpi 2009 (18).

En 2009, la proportion d'individus atteint de surpoids chez les adultes de plus de 18 ans était de 31,9 % (25 < IMC < 29,9). La prévalence de l'obésité étant de 14, 5 % (IMC > à 30) en 2009, elle a progressé de 1,4 % par rapport à 2006. L'obésité a augmenté de 5,9% depuis 12 ans et cette augmentation est plus marquée chez les femmes que chez les hommes : 3,2 % des femmes de plus de 18 ans présentent une obésité sévиre contre 2,3% chez les hommes. De mкme, le tour de taille a augmenté de faзon plus importante chez les femmes (+5,7 cm en 12 ans) que chez les hommes (+3,5 cm sur la mкme période).

Toutes les classes d'вge sont concernées par l'évolution de l'obésité.

Stop à la progession du surpoids et de l'obésité ?

Il est possible d'agir en pratiquant une activité physique, en buvant de l'eau et en adoptant de bonnes habitudes alimentaires, parmi lesquelles limiter la quantité de sucres ajoutés en provenance de notre alimentation et de nos boissons.

Priorité à l'eau !

  • L'eau n'apporte aucune calorie et n'augmente pas l'insuline ; elle est donc le partenaire de choix pour s'hydrater lorsque l'on veut surveiller son poids.
  • L'eau consommée lors d'une activité physique favorise l'oxydation des graisses.
  • L'eau est le seul liquide réellement indispensable pour notre corps. Il est conseillé d'en boire 1.5 litre par jour pour assurer le bon fonctionnement de l'organisme (pour un adulte sain sédentaire vivant en climat tempéré).

L'eau, n'apportant aucune calorie et favorisant l'oxydation des graisses lors d'une activité physique, il est important de privilégier comme premiиre source d'hydratation.

Focus sur les résultats des études référencées

DellaValle & al (2) ont étudié l'impact de la consommation de différentes boissons sur la prise totale énergétique au cours d'un repas. Cette étude a été réalisée sur 44 femmes de poids normal ou en surpoids ne suivant pas de régime alimentaire particulier. Il s'en suit que la consommation de boissons caloriques (soda, jus de fruit ou lait) lors d'un repas augmente l'apport calorique journalier puisqu'elle n'est pas associée à une diminution des apports alimentaires. Ainsi, les calories des boissons s'ajoutent au bilan énergétique total. A contrario, la prise d'eau (ou d'une boisson non-calorique) au cours du repas, n'engendre pas une augmentation de l'apport calorique journalier.

Dans l'étude de Jodi Stookey (3) un effet propre de l'eau dans le contrфle du poids a été mis en évidence. Cette étude a repris des données de l'étude Standford A TO Z dans laquelle des femmes en surpoids ont suivi 1 des 4 types de régime américain les plus répandus (Atkins, Learn, Ornish ou Zone). En plus de conseils diététiques, ces régimes recommandent la pratique d'exercice physique (30 minutes par jour) et des changements dans les habitudes de consommation de boissons (entre autres le remplacement des boissons caloriques par de l'eau). Au bout de 12 mois, les femmes ayant consommé 1L d'eau par jour ou plus ont perdu 2,2 kg de plus comparativement à celles dont la consommation était inférieure à 1L d'eau par jour. Cette différence a été observée aprиs ajustement sur différents facteurs confondants : les caractéristiques de base, l'вge, l'activité physique, le type de régime, les apports en nutriments ainsi que l'apport énergétique total provenant de la nourriture et des boissons.

Lors d'une série d'études (3-15) il est en effet apparu que quelque soit la population étudiée (femmes, hommes, adolescents, entrainés ou non), la consommation d'eau comparativement à celle de boissons caloriques, s'accompagnait d'un taux d'oxydation des graisses plus élevé d'au moins 40 %. De plus, dans la moitié de ces études une augmentation plus importante des taux d'acides gras libres était observée aprиs consommation d'eau. Ceci signifie qu'au cours du mкme effort physique, une quantité supérieure de graisse sera oxydée aprиs consommation d'eau par rapport à celles de boissons caloriques. En ingérant de l'eau avant ou lors d'un exercice physique l'oxydation des graisses n'est pas inhibée par l'insuline contrairement à ce qui se produit lors de la consommation de boissons caloriques. En effet, le métabolisme des graisses est influencé par l'insuline qui lorsqu elle augmente inhibe la dégradation des graisses dans le tissu adipeux, le transport des acides gras et aussi l'oxydation des graisses au niveau cellulaire.

Dennis & al (17) ont évalué l'impact de la consommation d'eau sur la perte de poids chez 48 adultes (55-75 ans) en surpoids ou obиses, suivant un régime hypocalorique (régime basé sur la réduction des apports énergétiques moyens journaliers), durant 12 semaines. Les sujets ont été répartis en 2 groupes par tirage au sort. Le groupe d'intervention devait consommer 500 ml d'eau avant chaque repas. Le groupe témoin n'avait pas de consigne en termes de consommation d'eau. Les auteurs ont constaté que la consommation d'environ 1,3 L d'eau par jour était associée à une plus grande perte de la masse graisseuse chez des adultes au régime (groupe intervention), que chez ceux n'en consommant qu'environ 0,32 L par jour (groupe témoin). Les sujets des 2 groupes ont perdu de la masse graisseuse. Le groupe intervention a perdu plus de poids (2,1kg) que le groupe témoin et de faзon significative.

Muckelbauer & al ont mené une étude interventionnelle (16), randomisée, dans 2 villes allemandes sur 2950 enfants (8,3 ans d'вge moyen) scolarisés dans 32 écoles situées dans des quartiers défavorisés pour juger de l'intérкt et de l'importance de promouvoir la consommation d'eau. Dans le groupe témoin, aucun dispositif particulier n'a été mis en place, les 1309 enfants conservant leur consommation d'eau alors que dans le groupe interventionnel, 1641 enfants ont bénéficié d'un dispositif de promotion de l'eau dans leurs écoles : installation de fontaines à eau, distribution de bouteilles chaque matin, enseignement spécifique. Au terme d'une année scolaire, il a été observé que dans le groupe oщ l'on faisait la promotion de l'eau à l'école, les enfants consommaient en moyenne 1,1 verre d'eau supplémentaire par jour par rapport au groupe témoin. La prévalence du surpoids a augmenté de 1,9% dans le groupe témoin et est resté quasiment stable dans le groupe eau (0,1%).

Références :

  1. Stookey J.D. Will drinking water help me lose weight? What physicians, dietitians and health care professionnals can say in response. Clinical Nutrition Insight 2010; 36 (2):1-4, 2010.
  2. DellaValle DM, Roe LS, Rolls BJ. Does the consumption of caloric and non-caloric beverages with a meal affect energy intake? Appetite. 2005; 44(2): 187-93.
  3. Stookey JD, Constant F, Gardner CD, Popkin BM. Replacing sweetened caloric beverages with drinking water is associated with lower energy intake. Obesity (Silver Spring). 2007; 15(12): 3013-22.
  4. Adopo E, Péronnet F, Massicotte D, Brisson GR, Hillaire-Marcel C.J. Respective oxidation of exogenous glucose and fructose given in the same drink during exercise Appl Physiol. 1994; 76(3): 1014-9.
  5. Wallis GA, Rowlands DS, Shaw C, Jentjens RL, Jeukendrup AE. Oxidation of combined ingestion of maltodextrins and fructose during exercise. Med Sci Sports Exerc. 2005; 37(3): 426-32.
  6. Jentjens RL, Jeukendrup AE. High rates of exogenous carbohydrate oxidation from a mixture of glucose and fructose ingested during prolonged cycling exercise. Br J Nutr. 2005; 93(4): 485-92.
  7. Jentjens RL, Shaw C, Birtles T, Waring RH, Harding LK, Jeukendrup AE. Oxidation of combined ingestion of glucose and sucrose during exercise. Metabolism. 2005; 54(5): 610-8.
  8. Jentjens RL, Underwood K, Achten J, Currell K, Mann CH, Jeukendrup AE. Exogenous carbohydrate oxidation rates are elevated after combined ingestion of glucose and fructose during exercise in the heat. J Appl Physiol. 2006; 100(3):807-16.
  9. Riddell MC, Bar-Or O, Schwarcz HP, Heigenhauser GJ. Substrate utilization in boys during exercise with [13C]-glucose ingestion. Eur J Appl Physiol. 2000; 83(4 -5): 441-8.
  10. Kirwan JP, O'Gorman D, Evans WJ. A moderate glycemic meal before endurance exercise can enhance performance. J Appl Physiol. 1998; 84(1):53-9.
  11. Massicotte D, Péronnet F, Adopo E, Brisson GR, Hillaire-Marcel C. Metabolic availability of oral glucose during exercise: a reassessment. Metabolism. 1992; 41(12): 1284-90.
  12. Kirwan JP, O'Gorman DJ, Cyr-Campbell D, Campbell WW, Yarasheski KE, Evans WJ. Effects of a moderate glycemic meal on exercise duration and substrate utilization. Med Sci Sports Exerc. 2001; 33(9): 1517-23.
  13. Riddell MC, Bar-Or O, Hollidge-Horvat M, Schwarcz HP, Heigenhauser GJ. Glucose ingestion and substrate utilization during exercise in boys with IDDM. J Appl Physiol. 2000; 88(4): 1239-46.
  14. Jung W, Yamasaki M. Effect of pre-exercise carbohydrate ingestion on substrate consumption in persons with spinal cord injury. Spinal Cord. 2009; 47(6): 464-9.
  15. Wallis GA, Dawson R, Achten J, Webber J, Jeukendrup AE. Metabolic response to carbohydrate ingestion during exercise in males and females. Am J Physiol Endocrinol Metab. 2006; 290(4): E708-15.
  16. Muckelbauer R., Libuda L., Clausen K. Toschke A.M., Reinehr T. and Kersting M. Promotion and provision of drinking water in schools for overweight prevention: randomized, controlled cluster trial. Pediatrics 2009; 123:e661-e667.
  17. Dennis E.A., Dengo A.L., Comber D.L., Flack K.D., Savla J., Davy K.P. and Davy B.M. Water consumption increases weight loss during a hypocaloric diet intervention in middleaged
  18. ObEpi Enquкte épidémiologique nationale sur le surpoids et l'obésité. Inserm/TNS Healthcare (Kantarhealth) / Roche. 2009.

SOURCE : NESTLE WATERS

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s