Bonduelle s'engage pour l'éducation alimentaire des enfants

lu 2930 fois

Parce que l'enfance est le moment propice aux apprentissages et à l'acquisition de bonnes habitudes de vie, Bonduelle, spécialiste du légume, s'engage en faveur de l'éducation alimentaire des enfants.

Une consommation quotidienne d'au moins 400 g de fruits et légumes fait partie des habitudes alimentaires reconnues pour leurs bénéfices santé. En France comme dans la plupart des pays européens, la consommation de ces aliments est donc encouragée dans de nombreux programmes de santé publique, tels que le Programme national nutrition santé (PNNS) ou le Programme national pour l'alimentation (PNA). L'éducation alimentaire fait ainsi partie de l'arsenal pour améliorer durablement la santé des populations, en agissant en prévention primaire, c'est-à-dire avant l'apparition de pathologies.

Les enfants, une cible à privilégier en éducation alimentaire

Dans cette quête d'éducation alimentaire, les enfants représentent une cible privilégiée, notamment lorsqu'il s'agit de légumes, et ce, pour quatre raisons principales :

  • d'après les enquêtes alimentaires, ils en consomment peu ;
  • les légumes font partie des denrées les plus difficiles à introduire dans cette population ;
  • les habitudes et les préférences alimentaires se forment dès les premières années de la vie ;
  • les légumes permettent de couvrir une large part des besoins nutritionnels des enfants, d'où un risque de déficiences notamment en micronutriments, en cas de sous-consommation.

Pour atteindre cette cible sensible, la seule éducation nutritionnelle, qui dresse un parallèle entre alimentation et santé, aboutit rarement à un réel changement de comportements. C'est d'éducation à l'alimentation dans sa globalité dont ont besoin les plus jeunes ! Le repas, avec sa structuration, la diversité des produits alimentaires, l'éveil au goût... Autant de sujets auxquels les enfants doivent être sensibilisés, afin d'acquérir une éducation pourvoyeuse de sensorialité - et de sens - et qui leur permettra d'adopter précocement - et sur le long terme - les bons comportements alimentaires.

Pour y contribuer, depuis 2004, la fondation d'entreprise de Bonduelle (www.fondation-louisbonduelle.org) initie et soutient des projets visant à faire entrer les légumes dans le quotidien des enfants (mais aussi de leurs parents), de façon utile, réaliste et originale.

Comment les atteindre ?

En France, près d'un milliard de repas sont servis chaque année en restauration scolaire. Le déjeuner à la cantine représente donc un bon vecteur pour que les enfants acquièrent les règles d'une alimentation équilibrée. Concernant la consommation de légumes notamment, en familiarisant petit à petit les enfants à cette catégorie d'aliments extrêmement diversifiée, le chef et son équipe peuvent les aider à dépasser leur néophobie alimentaire en leur montrant, au quotidien, qu'un repas sans frites ni pâtes peut aussi être source de plaisir.

Dans ce domaine, le groupe Bonduelle redouble d'efforts pour accompagner les chefs cuisiniers, non seulement à équilibrer leurs menus dans le respect des recommandations nutritionnelles officielles, mais aussi à relever les nombreux défis qui conditionnent la consommation par les enfants des plats qu'ils proposent. L'entreprise a ainsi développé Marelle, un logiciel en ligne - www.marelle-repasequilibres.com - en libre accès, et gratuit. Un service qui fait partie d'un ensemble d'outils que le groupe développe afin de favoriser la consommation de légumes dans les cantines scolaires. Néanmoins, si la restauration scolaire tient un rôle majeur dans l'éducation alimentaire des enfants, l'influence du contexte familial n'en est pas moins cruciale. Au premier plan, les parents doivent montrer le bon exemple. Mais les enfants peuvent aussi prendre pour modèle le comportement alimentaire d'un tiers extérieur : professeur, ami, tante... sans oublier les grands-parents, chez qui les enfants prennent régulièrement des repas.

Une éducation à une alimentation saine, mais aussi durable

L'implication de chacun - y compris des politiques et des industriels de l'agroalimentaire - participe donc au processus d'éducation alimentaire. Or, ce processus va bien au-delà de l'individu face à son assiette. Il concerne chacun dans une dimension beaucoup plus vaste : celle d'une alimentation qui, en plus d'être nutritionnellement saine, doit être durable, c'est-à-dire respectueuse de l'environnement dans un contexte de pression mondiale sur les ressources. C'est aussi un enjeu du PNA qui vise à garantir une alimentation non seulement de qualité, suffisante, et accessible à tous, mais également respectueuse de l'environnement. Par ses engagements et ses actions en matière de nutrition, comme avec sa démarche « Visa Santé » dont l'objectif est de faire progresser en continu la qualité de ses produits, et de développement durable, par exemple en agissant au niveau du transport pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, Bonduelle y participe activement.

SOURCE : Fondation Louis Bonduelle

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s