BioNutriNet : quels sont les liens entre la consommation d’aliments Bio et la santé ?

lu 3010 fois

Les chercheurs en charge de l’étude NutriNet-Santé, lancent une étude spécifique, sur la consommation des aliments issus de l'agriculture biologique et leur impact nutritionnel, économique, environnemental et toxicologique : l’étude BioNutriNet. Cette première mondiale, portant sur 100 000 personnes pendant au moins 5 ans devrait enfin pouvoir répondre objectivement à l'incessante polémique : manger bio est-il vraiment meilleur pour la santé ?

Dans un protocole préliminaire réalisé dans le cadre de l’étude NutriNet-Santé, projet unique et précurseur pour étudier, par le biais d’Internet, les comportements alimentaires et les relations nutrition-santé, l’attitude et la fréquence de consommation de 18 produits Bio, dont 16 aliments, ont déjà été évalués dans un sous-échantillon de plus de 50 000 Nutrinautes adultes.

L’analyse des données, qui a fait l’objet d’une publication scientifique internationale (*) a permis de montrer que, globalement, les produits Bio étaient perçus par la population comme étant meilleurs pour la santé (69,9 %) et pour l’environnement (83,7 %). Mais 51% des répondants les considèrent toutefois « trop chers ».

L’Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (Inserm/Inra/Cnam/Université Paris 13), dirigée par le Pr Serge Hercberg, en charge, depuis près de 5 ans, de l’étude NutriNet-Santé, lance donc aujourd’hui un volet spécifique qui constituera la plus grande étude jamais réalisée dans le monde sur la consommation des aliments issus de l'agriculture biologique (aliments « Bio »), ses déterminants et son impact nutritionnel, économique, environnemental et toxicologique.

Le nouveau protocole BioNutriNet cherche à aller plus loin et permettre de mieux préciser les déterminants de la consommation ou non-consommation d’aliments « Bio » ainsi que les effets de la consommation des aliments Bio sur l’état nutritionnel et toxicologique (mesuré par des marqueurs sanguins) et, à terme, le risque ou la protection vis-à-vis de maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, obésité, diabète, etc.).

Mieux comprendre qui sont les consommateurs de produits Bio et les liens entre la consommation d’aliments Bio et la santé

Première mondiale, cette étude portant sur une grande « cohorte » (groupe de sujets suivis pendant plusieurs années) va permettre de mesurer de façon très précise la consommation d’aliments issus de l'agriculture biologique et de pouvoir caractériser les consommateurs de produits Bio et les consommateurs d’aliments conventionnels. Il sera ainsi possible, en fonction du type de consommation :

  • de comparer les profils sociodémographiques, psychologiques et économiques et les motivations des différents consommateurs à l'égard de la durabilité de l'alimentation,
  • d’estimer l'apport en contaminants et l’impact environnemental des modes alimentaires liés à la consommation de produits issus de l’agriculture biologique,
  • de caractériser le statut nutritionnel (vitamines et minéraux), le statut toxicologique (résidus de pesticides) et le métabolome urinaire (signatures métaboliques des aliments consommés),
  • de préciser les relations avec la qualité de la santé et le risque de maladies chroniques.

Cette étude devrait concerner au moins 100 000 internautes (dont 50 000 consommateurs de produits Bio) suivis pendant au moins 5 ans dans le cadre de l’étude NutriNet-Santé.

Les outils utilisés dans le cadre du programme BioNutriNet

Les sujets déjà inclus dans l’étude NutriNet-Santé ou qui le seront dans le futur, seront interrogés, en plus des questionnaires habituels posés via le site www.etude-nutrinet-sante.fr, sur leur consommation ou non d’aliments Bio (fréquences et quantités). De nouveaux questionnaires alimentaires par Internet, simples, rapides, en toute sécurité et confidentialité, spécifiquement développés pour ce nouveau volet de l’étude, permettront de quantifier précisément la consommation de produits Bio et de préciser la part relative des aliments issus de l'agriculture biologique dans le régime alimentaire global.

Tous les participants consommant des aliments Bio ou non répondront comme tous les Nutrinautes à divers questionnaires sur leur consommation alimentaire, leur activité physique, leur poids et leur taille, leurs caractéristiques socio-démographiques et leurs antécédents de santé personnels et familiaux. Chaque mois, ils recevront un e-mail les invitant à remplir un questionnaire complémentaire (20 minutes maximum par mois pour remplir ce questionnaire). Des données seront également collectées régulièrement sur la santé des participants (notamment l’apparition de maladies), sur la mortalité globale et les causes de mortalité.

Les motivations de consommation et de non consommation et les pratiques de consommation vis-à-vis des produits issus de l’agriculture biologique et des produits classiques seront étudiées en détail. Notamment, les lieux d’achat seront collectés afin d’estimer les pratiques et le coût de l’alimentation « bio » et « non bio ».

Sur un sous-échantillon de 300 volontaires (consommateurs ou non-consommateurs de produits Bio) sera évalué dans le cadre d’une consultation le statut nutritionnel (à partir de dosages sanguins de vitamines, minéraux, caroténoïdes, profils en acides gras) et toxicologique (dosages de pesticides) afin de préciser si l’origine des produits consommés induit des différences sur les différents marqueurs mesurés.

Appel des chercheurs pour recruter des volontaires

Un appel à participation fondamental pour le succès de l’étude : la nécessité d’une mobilisation générale des consommateurs de Bio et des non-consommateurs !

Dans le cadre d’un nouvel appel à la mobilisation générale des citoyens, les chercheurs espèrent recruter un grand nombre de nouveaux volontaires, consommateurs de produits Bio (réguliers ou occasionnels) et nonconsommateurs de produits Bio pour participer à cette étude d’intérêt collectif.

En consacrant quelques minutes par mois pour répondre, par Internet (sur le site www.etude-nutrinet-sante.fr) aux différents questionnaires simples et confidentiels, sur l'alimentation, l'activité physique et la santé, les participants contribuent à faire progresser les connaissances en nutrition et notamment sur l’alimentation issue de l’agriculture biologique. Par ce geste citoyen, chacun peut facilement devenir un acteur de la recherche et, en quelques clics chaque mois, jouer un rôle important pour l'amélioration de la santé de tous et le bien-être des générations futures.

A l’occasion du lancement de l’étude BioNutriNet, sur la consommation des aliments issus de l'agriculture biologique et leur impact nutritionnel, économique, environnemental et toxicologique, les chercheurs lancent un nouvel appel pour recruter plus de volontaires (consommateurs d’aliments Bio ou non), pour participer à cette grande aventure scientifique !

Pour en savoir plus sur le projet (protocole, résumé, parcours d’un Nutrinaute, mode d’emploi, pré-tests, outils de communication, partenaires, comités scientifiques…, consultez le site réservé aux professionnels et médias : info.etudenutrinet-sante.fr et le site de l’étude NutriNet-Santé : www.etude-nutrinet-sante.fr

(*) Kesse-Guyot E, Péneau S, Méjean C, Szabo de Edelenyi F, Galan P, Hercberg S, Lairon D. "Profiles of organic food consumers in a large sample of French adults: results from the NutriNet-santé cohort study". PLoS One. 2013 8(10):e76998.

SOURCE : NutriNet-Santé

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s