Bien nourrir nos bébés

lu 2849 fois

La croissance optimale des nourrissons passe par une nutrition adéquate. Mais les connaissances à ce sujet évoluent et découlent sur des attitudes pratiques, dans ce domaine comme dans d'autres. Les experts rappellent néanmoins quelques principes de base.

« Bien nourrir nos bébés » - Crédit photo : © NiDerLander - Fotolia.com Les premières recommandations concernant l’alimentation des nourrissons ont été élaborées il y a 25 ans par la Commission de Nutrition de la Société Suisse de Pédiatrie (CN SSP). Une mise à jour a été réalisée en 1998 et depuis cette date, plusieurs adaptations ont été apportées en tenant compte de diverses directives européennes et de résolutions de l’OMS. Elles sont destinées aux bébés en bonne santé et concernent les professionnels de la santé.

Lait maternel ou non

Nul de doute que le lait maternel est très bénéfique pour la croissance et la santé du nourrisson. L’allaitement au sein est bénéfique également pour la mère car il permet de réduire transitoirement sa fertilité et d’accélérer la normalisation de son poids. L’OMS et l’UNICEF encouragent l’allaitement exclusif chaque fois que possible pendant les six premiers mois de vie puis de conseillent de le poursuivre pendant l’introduction des aliments de complément jusqu’au-delà de la première année.

Selon les nouvelles recommandations du CN SSP, l’alimentation du nourrisson peut comporter du lait maternel ou un lait de premier âge pendant les quatre à six premiers mois de vie. Puis on peut passer à des préparations de suite, contenant des aliments de complément, à partir du 5ème au 7ème mois de vie. Selon une étude de la Cochrane Collaboration, il n’y a pas de preuves permettant d’asseoir la recommandation d’introduire des aliments de complément avant le 7ème mois de vie mais une évaluation individuelle des nourrissons est nécessaire.

Dans le cas où la mère est incapable d’allaiter son enfant pour différentes raisons, des produits lactés de substitution du lait maternel peuvent être proposés. La composition des préparations initiales pour nourrissons a été élaborée par l’European Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition (ESPGHAN). Elles contiennent des protéines de lait de vache et du lactose, seules ou en combinaison avec d’autres hydrates de carbone. Ces substituts du lait maternel doivent répondre à toutes les exigences alimentaires des nourrissons pendant les six premiers mois de vie.

Elles peuvent être également utilisées à partir du septième mois, avec des aliments de complément, pendant la première année de vie. Le lait de suite fait partie d’une alimentation composée et ne peut pas se substituer au lait maternel pendant les six premiers mois de vie. Il peut être proposé seulement avec l’introduction des aliments de complément. L’ajout de suppléments au lait de substitution comme des nucléotides, des prébiotiques ou des probiotiques doit subir une évaluation approfondie et nécessite la consultation des experts.

Les besoins du nourrisson

Pour sa croissance optimale, le nourrisson a besoin de quantités importantes de liquides en fonction de son âge, de son activité, de l’apport calorique et de sa production d’urine. Son besoin moyen en eau pendant la première année va décroître de 130 à 120 ml/kg/j. Les nourrissons correctement allaités n’ont pas besoin d’apport supplémentaire en liquide pendant les 6 premiers mois. L’apport en énergie dépend de l’âge et va décroître lui aussi pendant la première année, de 95 à 90 kcal/kg/j.

Les aliments de complément (substances nutritives, oligo-éléments) sont donnés au nourrisson à partir du septième mois. Les céréales au gluten sont introduites pendant l’allaitement pour prévenir une maladie coeliaque. L’apport journalier recommandé en vitamine D pendant toute la première année de vie du bébé est de 300 à 500 UI avec un maximum de 1000 UI qui représente le taux maximal tolérable.

Sources et références

  • Baehler P, Baenziger O, Belli D et al. Recommandations pour l’alimentation du nourrisson 2008. Paediatrica 2008; 19: 22- 24.

(" HEALTH & FOOD " n°88 - Juillet 2008)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s