Baisse de la prévalence de l'obésité infantile dans les villes EPODE

lu 4394 fois

Lancé en 2004 dans 10 villes pilotes, une évaluation à 5 ans du programme EPODE a été présentée lors du 4ème Congrès national des villes EPODE les 27 et 28 mai 2010, en présence de Mme Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports, et Mr Pierre Mehaignerie, député-maire de la ville de Vitré. Ces résultats au long terme montrent la pertinence de la démarche qui va bien au delà de la prévention de l'obésité.

« Baisse de la prévalence de l'obésité infantile dans les villes EPODE » - Crédit photo : EPODE Le programme EPODE est une méthodologie de prevention de l'obésité passant par des actions communautaires au sein des villes. Au fil des années, de plus en plus de communes sont venues rejoindre le réseau des villes EPODE pour mobiliser aujourd'hui 226 communes françaises. Et c'est une bonne nouvelle car le combat contre l'obésité infantile implique une mobilisation massive du politique et des élus pour mettre en place dans la durée des actions de préventions perennes.

Ces actions ont pu être mises en place grâce à l'engagement des élus, des chefs de projet et, avec eux, de tous les acteurs locaux : les enseignants, les médecins, les professionnels de la peritas enfance, les associations sportives, les acteurs économiques,.. Les actions mises en oeuvre, conformes aux recommandations du Programme National Nutrition Santé, dans les villes mobilisent largement et contribuent ainsi â créer un environnement favorable à l'adoption d'habitudes de vie plus saines, comme l'indiquent les résultats encourageants du recueil taille/poids des enfants des villes EPODE.

Baisse globale de 9%

Dans toutes les villes Epode, les enfants âgés de 5 à 11 ans sont pesés et mesurés chaque année avec un taux de participation de plus de 95%. Entre 2004 et 2009, on observe une baisse de plus de 9% de la prévalence de l'obésité et du surpoids chez les enfants, passant de 20,55% en 2005 à 18,83% en 2009. De manière intéressante, les villes pilotes enregistrent une baisse sensible de 13% dans les écoles qui ne sont pas en Zone d'Education Prioritaire (ZEP) et une stabilisation (-2%) dans les zones ZEP. Ces résultats sont d'autant plus prometteurs lorsque l'on connaît la difficulté de toucher les zones les plus fragiles.

Si on compare ces résultats aux données françaises disponibles, l'effet EPODE accentue largement la tendance à une stabilisation de l'obésité des populations les plus favorisées en allant au-delà, avec une diminution très significative (p<0.001 ), et va à l'encontre de la hausse continue de la prévalence de l'obésité observée encore aujourd'hui chez les populations ies plus vulnérables.

Pour Roselyne Bâchelot, « EPODE est un programme de valeur, efficace sur le terrain et en phase avec les priorités d'action affichées par 1e Programme Nationnal Nutrition et Santé ».

Au passage, elle a rappelé que la lutte contre l'obésité figurait parmi les priorités de sa politique de santé et dans ie prolongement du « Plan de lutte contre l'obésité » annoncé par le Président de la République. « C'est bien « Ensemble » que nous devons prévenir l'obésité des enfants, a précisé la ministre. De ce point de vue, plans nationaux et actions locales doivent se conjuguer pour une politique nutritionnelle de santé publique efficace. »

Réduire les inégalités de santé

Rappelant que la version 3 du PNNS était en préparation, elle a indiqué que « la réduction des inégalités de santé sera l'axe directeur du prochain PNNS. » Dans ce but, elle souhaite « un rapprochement, dans un cadre rénové et transparent », entre le PNNS et EPQDE, qui partagent les mêmes objectifs, notamment vis-à-vis des populations défavorisées.

Fort de son expérience, le programme EPODE montre que la réponse peut et doit impliquer toute la collectivité, tant publique que privée, autour d'un engagement à long terme, condition nécessaire pour créer de nouveaux modèles de transmission éducative efficaces en matière de mode de vie.

Cette dynamique intéresse d'ailleurs de plus en plus, y compris de nombreux acteurs au-deià de nos frontières. Aujourd'hui, des programmes EPODE se développent en Europe et dans le monde (Mexique, Australie). C'est également un modèle de partenariat public-privé avec des partenaires publics institutionnels et privés tels les fondations (Nestlé France, Carrefour, ISICA) et des entreprises (Orangina Schweppes, Ferrero, Solvay). Ce partenariat se retrouve au niveau des municipalités avec des partenaires locaux.

(Par le Dr Jean Michel Borys, Directeur du Programme EPODE - La Lettre Faxée de Nutrition ® - Juillet 2010)

SOURCE : Groupe Protéines

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s