Apprendre à vivre sainement : élaboration d'une stratégie d'intervention européenne

lu 2204 fois

L'étude IDEFICS (Identification and prevention of Dietary - and lifestyle - induced health EFfects In Children and infantS) est une étude épidémiologique multicentrique paneuropéenne d'une durée de 5 ans qui vient d'être lancée et qui est financée par la Commission européenne. Destinée aux enfants de 2 à 10 ans, elle a pour objectif de comprendre l'origine multifactorielle du surpoids et de l'obésité infantile et de ses troubles connexes et de les prévenir.

Les conséquences à long terme de l'augmentation spectaculaire et récente du surpoids et de l'obésité chez les enfants européens ne sont pas encore connues. Toutefois, les experts prévoient que cette augmentation se traduira, chez les enfants comme chez les adultes, par une hausse de la prévalence du syndrome métabolique (ou syndrome X ou syndrome de résistance à l'insuline, caractérisé par la conjugaison de différents facteurs tels que l'obésité abdominale, des anomalies lipidiques ou de la glycémie sanguine et (ou) l'hypertension artérielle) et des troubles qui lui sont associés, notamment le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires.

Pour ralentir et corriger l'augmentation des maladies liées à l'alimentation et à l'hygiène de vie, nous devons mieux comprendre l'étiologie de ces phénomènes, préciser le rôle que jouent la culture, les conditions socio-économiques et les modes de vie à l'échelle de l'Europe et enfin, trouver les moyens de promouvoir une bonne hygiène de vie et d'agir sur les comportements. Des solutions applicables à l'échelle de l'Europe qui soient culturellement acceptables s'imposent.

Approfondir nos connaissances

L'étude IDEFICS a deux objectifs. Le premier est d'approfondir les connaissances sur les facteurs alimentaires, l'environnement social et le mode de vie qui agissent sur la santé des enfants européens. Pour ce faire, des enquêtes exhaustives seront menées auprès d'enfants d'âge préscolaire (2-4 ans) et scolarisés (6-8 ans) dans neuf centres, au début de l'intervention puis un an et demi plus tard. Une troisième enquête portera sur un ensemble spécifique de variables après 2 ans.

Les enquêtes permettront de recueillir une vaste quantité de données grâce à des questionnaires adressés aux parents, à des examens cliniques et aux dosages de certains marqueurs biologiques chez les enfants. Au total, 17 000 enfants devraient participer aux enquêtes principales et chaque sous-groupe devrait fournir des données détaillées dans le cadre d'études supplémentaires.

Trouver des méthodes d'intervention adaptées

Le deuxième objectif est d'élaborer, de mettre en œuvre, d'évaluer et de valider des interventions spécifiques afin de réduire la prévalence des troubles associés à l'alimentation et à l'hygiène de vie. Des modules d'intervention standardisés mais culturellement adaptés seront déployés dans huit centres et chaque domaine d'intervention sera comparé à un domaine de non-intervention. Plusieurs stratégies seront employées et porteront sur le régime alimentaire, l'activité physique et la gestion du stress; elles seront particulièrement dirigées vers les groupes vulnérables tels que les catégories socio-économiques les moins favorisées, les familles monoparentales et les migrants. Les activités qui seront lancées dans un premier temps en milieu scolaire et dans les crèches permettront d'agir à plusieurs niveaux (collectivité, école, foyer et individu) et l'effet, le coût, la faisabilité et l'acceptation des différents programmes seront évalués de manière exhaustive.

Une vaste expertise

L'organisme responsable de la coordination du projet est l'Institut de recherche préventive et de médecine sociale de Brême (Université de Brême) en Allemagne, auquel sont rattachés des spécialistes en épidémiologie, en biométrie, en nutrition et santé publique et en sciences sociales. Plusieurs partenaires se joindront également au projet, notamment dans le domaine de la psychologie, de la pédiatrie, de la génétique, de la nutrition, des sciences de l'alimentation, de la perception sensorielle, de l'activité physique, de la bioéthique, de la philosophie politique, de la santé publique et de la science de la consommation.

Résultats escomptés

En cinq ans, les partenaires du projet se sont engagés à générer des données utiles et pratiques pour aider les enfants à améliorer leur hygiène de vie et à réduire leur risque d'obésité et de troubles connexes soit pendant l'enfance, soit plus tard dans la vie. Il s'agira notamment de :

  • Données sur la prévalence des troubles liés à l'alimentation et à l'hygiène de vie et de leurs principaux facteurs de risque, présentées dans un format qui permettra de dresser des comparaisons entre les différents pays européens.
  • Données sur les facteurs de risque et les mécanismes qui favorisent leur apparition, y compris des biomarqueurs d'exposition et d'effet et les facteurs génétiques.
  • Connaissances sur les facteurs internes et externes qui déclenchent les choix alimentaires sur les enfants.
  • Stratégies d'intervention efficaces, culturellement adaptées et faciles à mettre en œuvre à grande échelle en Europe.
  • Recommandations nutritionnelles, comportementales et éthiques pour les décideurs, les professionnels de santé et les autres intervenants.

Pour tout complément d'information, se reporter à : www.ideficsstudy.eu

Référence :

  • Identification and prevention of Dietary - and lifestyle - induced health EFfects In Children and infantS (IDEFICS). European Commission Sixth Framework Programme.

Source : « Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation (EUFIC) »

SOURCE : « Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s