Antioxydants : faut-il supplémenter ?

lu 3158 fois

La Fondation britannique pour la nutrition a été chargée par l'Agence sur les aliments (Food Standards Agency) de dresser un bilan du programme de recherche gouvernemental sur les antioxydants dans l’alimentation. Une analyse indépendante de la littérature scientifique sur le rôle des antioxydants dans la prévention des maladies chroniques faisait partie du travail.

Il est bien prouvé qu’une alimentation riche en fruits, légumes et autres aliments d’origine végétale est associée à un plus faible taux de mortalité, notamment liée aux maladies cardiovasculaires et à certains cancers.

Les antioxydants (vitamines C, E, caroténoïdes…), en diminuant le stress oxydatif, offriraient une protection contre ces pathologies et plus généralement contre les maladies chroniques.

Bien que les études scientifiques soient convaincantes, les essais d’intervention ne le sont pas : seuls quelques-uns confirment le bénéfice d’une supplémentation en antioxydants dans la prévention des maladies chroniques.

Cette discordance est-elle due aux formes synthétiques de ces vitamines utilisées lors des essais ? Au rôle des interactions des nutriments entre eux (incompatibilité, synergie) ?

Il est donc encore nécessaire de fournir des preuves de l’efficacité d’une supplémentation en antioxydants, de déterminer les dosages et les combinaisons appropriés avant de la préconiser dans la prévention des maladies chroniques.

Le conseil de santé publique le plus prudent reste d’augmenter la consommation de fruits et légumes et de maintenir de bonnes habitudes alimentaires.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s