Allaitement : où en est l'Europe ?

lu 5879 fois

Les taux d'allaitement maternel pratiqués dans les 29 pays d'Europe sollicités par cette enquête sont difficiles à préciser faute de méthode fiable et standardisée pour le recueil des données.

Quinze pays ont une politique en faveur de l’allaitement mais n’ont pas toujours d’organe coordinateur. Quand celui-ci existe, il regroupe généralement professionnels de santé, chercheurs, ONG et groupes de soutien « mères à mères ».

Peu de professionnels sont formés à l’accompagnement de l’allaitement, et la formation continue n’est pas généralisée malgré les initiatives, notamment de l’UNICEF. Les maternités « amies des bébés » ne sont bien développées que dans trois pays (seules deux maternités en France bénéficient de ce label).

Malgré un code de bonne conduite sur la publicité autour des préparations pour nourrissons, les industriels multiplient les contacts avec les mères (courriers, mails, téléphone, etc.). L’aménagement législatif du travail, afin de favoriser l’allaitement prolongé, se met difficilement en place (en Grande-Bretagne, la durée du congé de maternité est, depuis peu, de six mois) et ne concerne que certaines salariées.

Créés bien avant toute autre organisation, les groupes de soutien « mères à mères », présents dans 27 pays, tentent de couvrir la majeure partie de leur territoire. Ils sont particulièrement développés aux Pays-Bas, en France et en Ecosse. Dans 16 pays, le gouvernement réalise des campagnes de promotion de l’allaitement, mais sans en évaluer l’impact.

La promotion de l’allaitement vers les populations défavorisées reste malaisée. De gros efforts sont encore à fournir afin de parvenir à une politique coordonnée en faveur de l’allaitement maternel.

(Public Health Nutr 2005 ; 8 : 39-46)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s