Alimentation saine : résultats d'une étude sur le chocolat

lu 7329 fois

Les bienfaits d'une alimentation riche en antioxydants pourraient être annulés en cas d'association avec des produits tels que du lait, selon de nouveaux travaux de recherche effectués par des scientifiques du Royaume-Uni et d'Italie.

L'équipe, constituée de membres de l'université de Glasgow et de l'institut national italien en charge de la recherche alimentaire et nutritionnelle, a étudié les effets de différents types de chocolat sur les niveaux d'antioxydants présents dans le corps humain.

Les chercheurs ont ainsi donné à 12 volontaires en bonne santé 200grammes de chocolat au lait ou 100grammes de chocolat noir, pour obtenir approximativement le même niveau global d'antioxydants. Ils ont ensuite mesuré les niveaux d'antioxydants présents dans le plasma de chacun des volontaires, ce qui a produit des résultats intéressants.

"Les volontaires qui ont mangé du chocolat noir ont affiché une hausse de 20 pour cent des antioxydants présents dans leur plasma. En revanche, ceux qui ont mangé du chocolat au lait [...] n'ont enregistré aucune augmentation", a déclaré le professeur Alan Crozier, membre de l'équipe de l'université de Glasgow.

Elément significatif, certains des individus à qui l'on avait donné du chocolat noir ont bu, en même temps, 200ml de lait. Les niveaux d'antioxydants présents dans leur sang n'ont pas non plus augmenté.

Pour le professeur Crozier, l'explication la plus plausible est que, dans les deux cas, les antioxydants ont tissé des liens avec les protéines du lait, inhibant ainsi la capacité du corps à les absorber.

Ces résultats ont conduit l'équipe à avancer de manière spéculative que le lait et d'autres produits laitiers sont susceptibles d'empêcher le corps d'absorber des antioxydants à partir d'autres aliments, tels que les fruits et les légumes verts.

Il semblerait que les antioxydants réduisent les niveaux de radicaux libres présents dans le sang. Un lien a été établi entre de fortes quantités de radicaux libres et les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

"J'imagine qu'il s'agira là d'une bonne nouvelle pour tous les amateurs de chocolat noir. Mais je tiens bien sûr à insister sur le fait que nous parlons d'une consommation modérée de chocolat", a conclu le professeur Crozier.

Source : Copyright © Communautés européennes, 2006

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s