Alimentation : la France lance son dispositif de nutrivigilance

lu 8275 fois

Nouveaux aliments, aliments enrichis, compléments alimentaires... L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (Anses) a lancé son dispositif de nutrivigilance. Objectif : identifier d’éventuels effets indésirables liés à leur consommation et de lancer des expertises ciblées.

« Alimentation : la France lance son dispositif de nutrivigilance » - Crédit photo : sandrinebelier.wordpress.com Au cours des dernières décennies, d’importants progrès ont été réalisés en sécurité sanitaire des aliments, en particulier en microbiologie, grâce à la mise en place du paquet hygiène et aux efforts de tous les acteurs au long de la chaine alimentaire. Cependant, l’offre alimentaire évolue rapidement avec des produits dits « nouveaux » en raison de leur technologie ou de leurs ingrédients, des aliments et des boissons enrichis, des produits importés ou achetés sur internet ; ils pourraient exposer le consommateur à de nouveaux dangers qu’il faut être en mesure d’identifier sans délais.

C’est, au sein du dispositif de sécurité sanitaire, l’objectif de la nutrivigilance, un système au fonctionnement unique en Europe, dont la mise en oeuvre a été confiée à l’Anses par la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires de juillet 2009. Sont concernés par ce nouveau dispositif les compléments alimentaires, les boissons et aliments qui font l’objet d’adjonction de substances à but nutritionnel ou physiologique également appelés aliments enrichis, les produits destinés à une alimentation particulière et les nouveaux aliments.

Les professionnels de santé sont au coeur de ce dispositif ; ce sont eux qui diagnostiquent chez leurs patients puis déclarent les potentiels effets indésirables liés à la consommation de ces nouveaux types d’aliments ou boissons. Ces signalements sont analysés par un comité technique, discutés avec les industriels concernés et les autorités de tutelles afin d’identifier des situations à risque qui peuvent ensuite faire l’objet d’une expertise collective et d’un avis validé rendu public. Pour une mise en réseau des connaissances, des échanges auront lieu avec le Canada et les Etats Unis qui ont des systèmes assez équivalents.

Une phase pilote, restreinte aux compléments alimentaires, a été lancée en 2009 et son bilan montre l’efficacité du dispositif, estime l’Anses. A la suite de 10 signalements d’effets indésirables parfois sévères avec une gamme de produits contenant des extraits alcooliques d’igname, l’Anses recommande ainsi que les profils chimiques, la composition des extraits et leur toxicité soient étudiés le plus rapidement possible par les fabricants qui mettent ces extraits sur le marché. Huit cas de confusion entre un médicament, previscan®, et un complément alimentaire, preservision® ont fait l’objet de recommandations sur le site de l’Agence. Enfin, une dizaine d’autres signalements donneront lieu à des avis.

Pour de plus amples informations, consulter l'ANSES

SOURCE : www.24hsante.com

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s