Alcool : la consommation régulière peut mener à des abus

lu 2369 fois

Siroter du vin, de la bière ou des spiritueux trois ou quatre fois par semaine augmente le risque de surconsommation, particulièrement chez les jeunes hommes, selon une nouvelle étude publiée dans le journal Addiction.

Alcool : la consommation régulière peut mener à des abus - Crédit photo : www.sarthe.pref.gouv.fr Des chercheurs de l’Université de Montréal et de l’University of Western Ontario ont analysé les habitudes de consommation d’alcool des Canadiens. Ils ont constaté que la consommation fréquente d’alcool peut conduire à des abus dans tous les groupes d’âge et peu importe le sexe.

L’étude a toutefois révélé que les buveurs occasionnels consomment rarement plus de deux verres lors d’une même occasion. « La relation entre la fréquence de la consommation d’alcool et la consommation occasionnelle pourrait être à la fois culturelle et biologique, affirme une des co-auteures de l’étude, Andrée Demers, professeure de sociologie à l’Université de Montréal et directrice du Groupe de recherche sur les aspects sociaux de la santé et de la prévention (GRASP). Au Canada, les mœurs favorisent la consommation d’alcool lors des périodes de repos. L’alcool est une ligne de démarcation entre la semaine et le week-end, entre le travail et le loisir et, donc, entre la routine et le repos.»

Un verre d’alcool correspond à cinq onces de vin, 1,5 once de spiritueux, 12 onces de bière ou de cooler, ou 3 onces de porto, de sherry ou de vermouth (1 once = 29,57 ml). Peu importe les préférences de consommation, l’étude a indiqué que beaucoup de Canadiens consomment des boissons alcoolisées tous les jours pour obtenir ses effets sur l’humeur.

« Une consommation régulière augmente la tolérance. Les gens qui boivent de l’alcool tous les jours ont besoin de consommer davantage qu’un ou deux verres habituels pour ressentir une différence marquée et éprouver un sentiment de fête, dit l’auteure principale de l’étude, Catherine Paradis, doctorante à l’Université de Montréal. Cela favorise la consommation au-delà de limites saines, du moins sporadiquement et peut-être même chaque semaine, jusqu’à cinq verres ou plus par occasion. Et une consommation de cinq verres est au-dessus des limites recommandées pour une consommation saine.»

Les données de l’étude ont été obtenues du projet GENACIS Canada, une collaboration internationale qui étudie comment des variantes sociales et culturelles peuvent influencer les habitudes de consommation d’alcool des hommes et des femmes. Près de 11 000 répondants (5743 femmes et 4723 hommes) ont été invités à dévoiler leur consommation d’alcool au cours des 12 derniers mois, en répondant à des questions comme celles-ci :

  • À quelle fréquence consommez-vous habituellement des boissons qui contiennent de l’alcool ?
  • À quelle fréquence consommez-vous habituellement cinq verres d’alcool ou plus lors d’une même occasion ?

Selon les organisations de santé au Canada et ailleurs dans le monde, les femmes ne devraient jamais consommer plus de quatre verres d’alcool lors d’une même occasion. De plus, l’alcool est bénéfique pour la santé uniquement quand elle est consommée en petites quantités.

« Il n’existe pas une compréhension claire et universelle de ce qu’est une consommation modérée. Sa signification varie entre les cultures et à l’intérieur même des cultures selon le sexe, l’âge, le statut socioéconomique et la tolérance déclarée par les gens, dit la professeure Paradis. Puisque la consommation régulière d’alcool accroît l’abus d’alcool, les lignes directrices canadiennes en matière de consommation d’alcool devraient tenir compte de cet aspect du mode de consommation.»

(Par Sylvain-Jacques Desjardins - Université de Montréal - Communiqué du 28 mai 2009)

Source : Université de Montréal (@UdeM)

SOURCE : Université de Montréal

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s