Alcool : êtes vous dépendant ?

lu 5496 fois

Après le tabac, l'alcool. La chasse aux toxiques est ouverte. Mais vous pensez peut-être que l'alcool n'est pas un problème pour vous. Pour en avoir le coeur net, Nutrinews Hebdo vous propose de répondre à quatre questions simples que de nombreux médecins ont l'habitude de poser à leurs patients...

Alcool : oui ou non ?

« Alcool : êtes vous dépendant ? » - Crédits Photo : Flickr / cathou_cathare

Avez-vous déjà ressenti le besoin de oui non diminuer votre consommation d’alcool ?oui - non
Votre entourage a t-il déjà fait des remarques au sujet de votre consommation d’alcool ?oui - non
Avez-vous déjà eu l’impression que vous buviez trop ?oui - non
Avez-vous déjà eu besoin d’alcool le matin pour vous sentir en forme ?oui - non

Résultats :

Deux réponses positives font suspecter un problème avec l’alcool. Parlez-en à votre médecin. A noter : le corps médical considère qu’il y a un risque chez les hommes consommant plus de 4 verres d’alcool par jour et chez les femmes à partir de 2 verres.

1 verre d’alcool = 10 g d’alcool = 1 verre de vin = 1 demi de bière = 25 cl de cidre = 1 coupe de champagne = 1 digestif = 1 apéritif = 1 pastis

Les risques liés à l’alcool : divers et variés

Les principales conséquences sociales de l’alcoolisation excessive sont les accidents de la route, la violence, la délinquance, le suicide, les maladies mentales (dépression) et physiques... Au-delà des doses généralement admises, la santé est particulièrement menacée : maladies cardiovasculaires, cancers (atteignant la bouche,le pharynx, le larynx, l’oesophage, le foie, mais aussi le sein, le côlon et le rectum...), cirrhoses du foie, névrites et atteintes de la mémoire, troubles psychiques.

Alors réfléchissons...

  • 45.000 décès sont attribués chaque année à l’alcool.
  • Dans plus de 10 % des familles, l’un des deux parents a une consommation excessive d’alcool.
  • Les ivresses des jeunes sont plus fréquentes et plus précoces.

Mais soyons optimistes

  • Les Francais consomment deux fois moins d’alcool qu’il y a 30 ans.
  • La consommation d’alcool des jeunes n’augmente pas.

(Alcool actualités n° 32 et 36, 2007)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s