Adieu PNNS 1... Bonjour PNNS 2 !

lu 4399 fois

Après quatre années d'existence, le PNNS 1 (2001-2005) devrait céder sa place au PNNS 2 (2006-2008). Grandes orientations et objectifs majeurs de ce nouveau Programme National Nutrition Santé, proposé par le Pr Serge Hercberg au ministre de la santé...

Le PNNS 1 est à peine achevé que les propositions pour le PNNS 2 sont déjà là. Trois plans d'action, comprenant un total de 26 actions, dans le cadre d'une grande mobilisation nationale pour la promotion de la nutrition. Des propositions visant à réduire les inégalités en termes d'accès à une alimentation favorable à la santé...

Trois plans et 26 actions

1 - « Offrir à tous les conditions d'une alimentation et d'une activité physique favorables à la santé »

Ce plan comprend un ensemble de mesures destinées à promouvoir une alimentation et des comportements qui, tout en respectant le plaisir et en étant adaptés aux différents modes de vie, participent à la prévention des grandes maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, ostéoporose), diminuent les risques d'obésité (et maladies associées) et de dénutrition. Il repose sur deux stratégies majeures :

check_box.gif Améliorer l'offre alimentaire (notamment vers les enfants et les populations défavorisées) et la pratique d'une activité physique suffisante

check_box.gif Orienter la demande des consommateurs

Actions pour la population générale

1. Abaisser le prix des fruits et légumes

2. Améliorer la disponibilité et l'accessibilité des fruits et légumes

3. Démontrer la facilité et le plaisir de consommer des fruits et légumes et valoriser l'image des fruits et légumes

4. Améliorer la qualité gustative des fruits et légumes

5. Développer la consommation des pains fabriqués avec de la farine type 80 (complète)

6. Améliorer les qualités nutritionnelles du pain courant

7. Limiter la consommation des aliments à faible densité nutritionnelle, riches en sucres simples ajoutés et/ou en graisses et/ou en sel

8. Rendre plus facilement atteignable et pratique la consommation d'eau

9. Fournir aux consommateurs une information positive sur les aliments dont la consommation doit être promue

10. Promouvoir l'activité physique dans la vie quotidienne et au travail et la pratique sportive accessible pour tous

Actions spécifiques destinées aux enfants en milieu scolaire

11. Améliorer l'offre alimentaire dans les établissements scolaire

12. Augmenter l'activité physique à l'école

13. Développer des actions pédagogiques dans le champ de la nutrition

14. Renforcer l'action des professionnels de santé scolaire

Actions spécifiques destinées aux populations défavorisées

15. Agir directement pour permettre une réelle augmentation de la consommation de fruits et légumes et une alimentation plus favorable par les populations économiquement défavorisés

16. Agir au niveau des structures d'aide alimentaire

Actions spécifiques

17. Promouvoir l'allaitement maternel

Mesures générales

18. Renforcer la mise en pratique des repères de consommation du PNNS et la visibilité du PNNS comme le référent en matière de nutrition

19. Renforcer les dynamiques régionales, les actions locales et la complémentarité entre niveau national, régional et local

20. Former, ou mieux former, les professionnels de santé, de l'éducation et du social

2 - « Prendre en charge l'obésité de l'enfant et de l'adulte »

Plusieurs stratégies sont proposées, notamment la mise en place de systèmes de prise en charge de l'obésité des enfants et des adultes et la lutte contre la stigmatisation des obèses à tous les niveaux de la société.

21. Renforcer le dépistage précoce de l'obésité infantile

22. Mettre en place, au niveau de chaque région, des Réseaux de prise en charge de l'obésité (REPOB)

23. Actions au niveau national pour la prise en charge de l'obésité

3 - « Améliorer la prise en charge de la dénutrition ou de son risque, notamment chez les personnes âgées »

Avec formation de l'ensemble des professionnels de santé et des professions relais (travailleurs sociaux, conseillères en éducation familiale et sociale, encadrant d'activités de loisirs, aidants de sujets âgés dépendants...) et information des personnes âgées des risques de la dénutrition.

24. Agir au niveau de la ville

25. Agir au niveau des établissements médicosociaux

26. Agir au niveau des établissements de soins.

La finalité de ces trois plans est de développer des actions pragmatiques et efficaces dans les domaines de la promotion de la nutrition (prévention globale) et de la prise en charge des problèmes nutritionnels, destinées à l'ensemble de la population, avec des actions spécifiques orientées vers des groupes vulnérables (populations défavorisées notamment).

Les moyens ?

Pour Serge Hercberg, les moyens à mettre en oeuvre doivent permettre d'articuler les différentes politiques publiques (santé, alimentation, éducation, économie, social, jeunesse et sports, ville, recherche..) tant au niveau national que local ou régional. Ce qui implique de disposer des moyens de coupler une gestion technique et politique du PNNS 2.

En clair, il faut créer de nouvelles instances, mais surtout il faut de l'argent ! Pour cela, diverses mesures sont proposées, dont la mise en place d'un Fonds National de Promotion de la Nutrition (FNPN). Ce fonds serait alimenté par une cotisation obligatoire des industries agro-alimentaires, des grands distributeurs, sociétés de restauration collective, interprofessions, etc... Il devrait servir à 90 % à financer les subventions pour les chèques fruits et légumes... Les industriels de l'agro-alimentaire pourraient être exonérés (partiellement - de 50 à 75 % - et temporairement) de cette cotisation s'ils signaient une « charte de bonne conduite » avec le PNNS, mais leurs premières réactions ne se sont pas fait attendre...

En résumé, ils jugent cette mesure coercitive et s'estiment assez responsables pour faire ce qu'ils ont à faire... En somme, dans ce PNNS 2 très orienté « fruits et légumes », ils ne veulent être pris ni pour des pommes ni pour des poires...

Le dossier est maintenant sur le bureau du ministre de la santé, Xavier Bertrand. Il devrait prochainement y faire son marché. A suivre donc !

Les réactions du monde de l'agro-alimentaire

« L'Association Nationale des Industries agro-alimentaires (ANIA) déplore la proposition de mise en place d'un Fonds National de Promotion de la Nutrition qui financerait les actions du PNNS par le biais d'une «cotisation annuelle obligatoire» pour les entreprises. Cette mesure coercitive serait perçue comme une taxe supplémentaire dans un contexte économique déjà très difficile pour les industriels, et alors même qu'ils sont de plus en plus nombreux à s'engager volontairement dans des actions importantes de prévention et d'amélioration constante de l'offre alimentaire, de la qualité et de la diversité de leurs produits.

En revanche, l'ANIA note avec satisfaction la volonté du ministre de consulter les différentes parties concernées, et en particulier les industriels de l'agroalimentaire. En effet, l'implication de l'ensemble des acteurs est indispensable pour promouvoir un meilleur équilibre alimentaire et prévenir de façon utile l'obésité. Elle souhaite être associée en tant que partenaire des pouvoirs publics et entend jouer pleinement son rôle sur ce sujet, comme le démontre notamment son implication dans la mise en place la Fondation « Alimentation & Vitalité », destinée à promouvoir l'équilibre alimentaire ».

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s