Activité physique et diabète de type 2

lu 5384 fois

L'augmentation de l'incidence du diabète de type 2 (DT2) et la surmorbidité et surmortalité liées au DT2, imposent de proposer des modalités de prévention et ceci dès les premiers stades des anomalies du métabolisme du glucose. La première étape thérapeutique consiste en des mesures hygiéno-diététiques avec deux objectifs : une augmentation de l'activité physique à 30 minutes par jour et une réduction pondérale d'environ 5% (recommandations de l'HAS). Ces recommandations donnent place à un rôle de l'activité physique dans la prise en charge des DT2. Les données scientifiques montrent l'efficacité de l'activité physique régulière dans l'amélioration de l'équilibre glycémique du DT2 mais aussi dans sa prévention.

Effet préventif de l’activité physique régulière sur la survenue d’un diabète de type 2 chez les sujets à risques métaboliques

« Activité physique et diabète de type 2 » - Crédit photo : www.diabete.qc.caLes études d’intervention

L’activité physique représente une modification du mode vie efficace pour prévenir la survenue d’un DT2 chez des sujets à risques (intolérants au glucose). Les résultats de l’étude de Tuomilehto et al. [1] sont particulièrement éloquents. 522 sujets en surpoids avec intolérance au glucose ont été suivis annuellement pendant 4 ans. Ils ont été répartis de façon randomisée en groupe intervention (conseils individualisés pour diminuer le poids (-5%), l’apport des lipides alimentaires, la consommation de graisses saturées, augmenter l’apport de fibres alimentaires et augmenter l’activité physique : >30 min/jour) et groupe contrôle (informations générales et éducation sur la diététique et l’exercice). L’incidence totale du DT2 après 4 ans a été de 11% dans le groupe intervention et de 23% dans le groupe contrôle. Ainsi, pendant l’étude le risque de DT2 a été réduit de 58% dans le groupe intervention, cette réduction étant liée aux changements de mode de vie.

Quatre autres grandes études de prévention du DT2 par des modifications du mode de vie (exercice et diététique) ont été publiées (une étude chinoise : Quing IGT and Diabètes Study [2], une étude américaine : the US Diabetes Prevention Study [3], une étude indienne [4] et une étude japonaise [5]) et elles rapportent des résultats similaires : réduction de 28% à 67%.

Un effet de l’activité physique indépendant de la diététique

Dans les études précédemment citées c’est l’effet combiné de la diététique et de l’activité physique qui a été étudié. Seule l’étude chinoise (Da Quing IGT and Diabètes Study) [2] a étudié un groupe exercice seul puisque les sujets avaient été randomisés en 1 groupe témoin et 3 groupes bénéficiant d’une prise en charge active avec soit : 1) diététique, 2) exercice ou 3) diététique plus exercice. La prévalence du diabète au bout de 6 ans était réduite de 46% dans le groupe exercice, 42% dans le groupe diététique plus exercice et de 31% dans le groupe diététique, démontrant un effet significatif de l’activité physique per se.

Afin de préciser ces résultats et de rechercher des effets indépendants de l’activité physique, une analyse post hoc a été réalisée sur la cohorte de l’étude finlandaise [1]. L’étude de suivi et de prise en charge a été prolongée d’un an et les sujets ont été réévalués au bout de 4 ans [6]. L’adhésion aux recommandations internationales d’activité physique (>2,5h/semaine) était de 62% dans le groupe intervention et de 46% dans le groupe contrôle. Quand l’ensemble des sujets est pris en considération (n= 487 sujets, 249 dans le groupe intervention et 238 dans le groupe contrôle), les résultats montrent que marcher au moins 2,5h par semaine diminue le risque de DT2 de près de 65%, et ceci indépendamment des effets de la diététique ou de l’IMC (de départ et de sa variation au cours du suivi).

Ce qui ressort aussi de ce travail c’est que l’efficacité porte à la fois sur l’activité physique d’intensité modérée à intense (marche rapide, natation, vélo, jogging, jeux de balle) mais aussi sur l’activité physique de faible intensité (marche ou vélo à allure faible, jardinage) et ceci toujours indépendamment de la diététique ou de l’IMC. Ce qui suggère que sur ces populations à risques métaboliques élevés, sédentaires et le plus souvent obèses, c’est plus le temps ou l’énergie totale dépensée pour l’activité physique qui compte plutôt que l’intensité à laquelle cette activité physique est réalisée.

Que se passe-t-il après la période de coaching actif ?

Dans les études d’intervention déjà citées la durée moyenne de la période d’intervention a été de 3 à 4 ans. Cela soulève la question de savoir si la réduction du risque de développer un DT2 obtenue pendant une période de coaching actif pour modifier le mode de vie se maintient après l’arrêt de la période d’intervention. L’équipe finlandaise a publié les résultats d’un suivi moyen de 3 ans après la période active d’intervention (7). Les sujets ont été revus tous les ans avec examen clinique, questionnaires d’activité physique et de nutrition, et HGPO (75g). Aucun conseil n’était prodigué pendant ces visites.

Pendant cette période totale de 7 ans (4 ans d’intervention active et 3 ans post intervention), l’incidence du DT2 était, respectivement, de 4,3 et 7,4 pour 100 personnes par an dans le groupe intervention et le groupe contrôle (p=0,0001) indiquant une diminution de 43% du risque relatif dans le groupe intervention. Cette réduction du risque est inversement corrélée au score total de succès dans l’ensemble des buts de l’intervention : perte de poids, diminution de la prise de lipides (en % et en quantité d’AG saturés), augmentation de la consommation de fibres et augmentation de l’activité physique. Cette diminution de 43% est plus basse que les 58% mis en évidence lors de la première étude (après 4 ans d’intervention active) mais reste très significative.

Les résultats à 20 ans de la première grande étude épidémiologique (la China Da Quing Diabètes Prévention Study) viennent d’être publiés [8] : par rapport au groupe contrôle, les sujets dans le groupe intervention ont une incidence du DT2 diminuée de 51% pendant la période d’intervention active et une incidence diminuée de 43% sur une période de 20 ans. Ainsi une intervention pour modifier le mode de vie pendant 6 ans peut prévenir ou retarder la survenue du DT2 pendant au moins 14 ans après la période d’intervention active.

Effet de l’activité physique régulière sur l’équilibre glycémique des diabétiques de type 2

Une méta-analyse récente fait le point des publications portant sur les effets de l’activité physique régulière sur l’équilibre glycémique des DT2 [9]. 14 études randomisées (impliquant 377 sujets, âge moyen 60 ans) répondaient aux critères de sélection. La période d’intervention s’étendait selon les études entre 8 semaines et 12 mois. Par rapport au groupe contrôle, la pratique d’une activité physique régulière améliore significativement l’équilibre glycémique avec une diminution moyenne de l’HbAlc de 0,6 à 0,8%% (P<0,05) : il s’agit d’un effet per se de l’activité physique régulière, puisque c’est le seul facteur qui avait varié entre les groupes étudiés. Cet effet est observé sans variation de poids. Enfin aucune étude n’a rapporté de complications liées au diabète (et en particulier aucune hypoglycémie n’a été signalée) dans le groupe exercice.

La signification clinique d’une diminution de l’HbA1c de 0,6% peut être appréciée en comparant les grandes études prospectives d’intervention ayant examiné les effets de la variation de l’HbA1c sur la morbidité et la mortalité des sujets DT2. Une interprétation épidémiologique des résultats de l’UKPD (United Kingdom Prospective Diabètes Study Group) suggère qu’une augmentation de 1% de l’HbA1c représente une augmentation de 21% du risque de complications du DT2, une augmentation de 21% du risque de décès lié au DT2 (toutes causes confondues), une augmentation de 14% du risque d’infarctus du myocarde et de 37% du risque de complications microangiopathiques [10].

Les mêmes auteurs ont montré qu’il n’y avait pas de seuil d’HbA1c pour la survenue de complications et que toute réduction de l’HbA1c pouvait être associée à un risque moindre de complications, le risque le plus faible étant retrouvé chez ceux qui ont une HbA1c normale (<6%). La diminution moyenne d’HbA1c de 0,6% en rapport avec une activité physique régulière devrait donc avoir des effets bénéfiques sur la mortalité, la morbidité cardiovasculaire des diabétiques, sans oublier les autres effets bénéfiques de l’activité physique régulière sur les paramètres métaboliques (autres que la glycémie) et vasculaires. Il reste cependant à réaliser des études d’une durée prolongée (plus d’un an) afin d’apprécier les effets bénéfiques de cette activité physique sur le long terme, de déterminer si d’autres paramètres que l’HbA1c se modifient à plus long terme (en particulier le poids) et surtout de montrer que la baisse de l’HbA1c et l’amélioration de l’équilibre glycémique se maintiennent.

Quelle activité physique ?

Les recommandations internationales concernant le traitement du DT2 sont de mettre en place en premier lieu des mesures hygiéno-diététiques « qui reposent sur un régime alimentaire adéquat et une activité physique suffisante » [11]. Quant à l’American Diabetes Association (ADA), elle recommande 30 min de marche au moins 5 fois par semaine.

En pratique, sachant que la marche représente l’activité physique la plus couramment pratiquée, et qu’elle apporte de nombreux bénéfices prouvés pour la santé, 30 minutes de marche quotidienne à bonne allure peuvent être recommandées. Cependant, la marche n’est pas toujours indiquée chez le DT2 en particulier s’il existe une neuropathie périphérique ou des complications au niveau des membres inférieurs (arthrose). Dans ces cas, des exercices avec de faibles impacts sont recommandés (avec les mêmes effets bénéfiques) : natation, vélo, aqua-gym.

S’il n’y a pas de contre-indication, une activité physique plus intense ou des exercices de musculation peuvent être ajoutés afin d’augmenter les bénéfices pour la santé. Il ne faut cependant pas oublier qu’une activité physique moins structurée et de faible intensité pourrait aussi diminuer la probabilité de développer un DT2, surtout quand elle remplace des activités sédentaires comme regarder la télévision.

Il faut ajouter à ces programmes personnalisés et structurés une modification du mode de vie en général, en privilégiant les déplacements à pied, ou prendre le vélo plutôt que la voiture, les escaliers à la place de l’ascenseur. Une population sédentaire bénéficiera, sur le plan de nombreux paramètres de santé, d’une augmentation de la dépense énergétique des 24h, en utilisant toutes les opportunités d’augmenter sa dépense énergétique (quelle que soit l’intensité de l’exercice).

Références :

  1. Tuomilehto J, Lindstrom J, Eriksson JG et al. Prevention of type 2 diabetes mellitus by changes in lifestyle among subjects with impaired glucose tolerance. N Engl J Med 2001; 344: 1343-1350.
  2. Pan XR, Li GW, Hu YH, Wang JX et al. Effects of diet and exercise in preventing NIDDM in people with impaired glucose tolerance. The Da Qing IGT and Diabetes Study. Diabetes Care 1997, 20: 537-544.
  3. Knowler WC, Barrett-Connor E, Fowler SE et al. Reduction in the incidence of type 2 diabetes with lifestyle intervention or metformin. TV Engl J Med 2002; 346: 393-403.
  4. Ramachandran A, Snehalatha C, Mary S, Mukesh B, Bhaskar AD and Vijay V. The Indian Diabetes Prevention Programme shows that lifestyle modification and metformin prevent type 2 diabetes in Asian Indian subjects with impaired glucose tolerance (IDPP-1). Diabetologia 2006; 49: 289-297.
  5. Kosaka K, Nöda M and Kuzuya T. Prevention of type 2 diabetes by lifestyle intervention: a Japanese trial in IGT males. Diabetes Res Clin Pract 2005; 67: 152-162.
  6. Laaksonen DE, Lindstrom J, Lakka TA et al. Physical activity in the prevention of type 2 diabetes: the Finnish diabetes prevention study. Diabetes 2005; 54: 158-165.
  7. Lindstrom J, Ilanne-Parikka P, Peltonen M et al. Sustained reduction in the incidence of type 2 diabetes by lifestyle intervention: follow-up of the Finnish Diabetes Prevention Study. Lancet 2006; 368: 1673-1679.
  8. Li G, Zhang P, Wang J et al. The long-term effect of lifestyle interventions to prevent diabetes in the China Da Qing Diabetes Prevention Study: a 20-year follow-up study. Lancet 2008;371: 1783-1789.
  9. Thomas DE, Elliott EJ, Naughton GA. Exercise for type 2 diabetes mellitus. Cochrane Database Syst Rev 3:CD002968,2006.
  10. Stratton IM, Adler AI, Neil HA et al. Association of glycaemia with macrovascular and microvascular complications of type 2 diabetes (UKPDS 35): prospective observational study. BMJ 2000; 321: 405-412.
  11. Nathan DM, Buse JB, Davidson MB et al. Management of hyperglycemia in type 2 diabetes: A consensus algorithm for the initiation and adjustment of therapy: a consensus statement from the American Diabetes Association and the European Association for the Study of Diabetes. Diabetes Care 2006; 29: 1963-1972.

(Pr. Martine DUCLOS, Service de Médecine du Sport et des Explorations Fonctionnelles, CHU Gabriel Montpied, Clermont-Ferrand Cedex 1. INRA UMR 1019, Clermont Ferrand - Université d’été de Nutrition 2009, Clermont-Ferrand, 16-18 septembre 2009)

SOURCE : Centre de Recherche en Nutrition Humaine Auvergne

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s