Absence d'effet préventif des isoflavones du soja sur l'ostéoporose

lu 4678 fois

Depuis l'abandon du traitement hormonal de la ménopause pour prévenir l'ostéoporose, de plus en plus de femmes se tournent vers les phyto-oestrogènes, tels les isoflavones de soja. Les données sur les effets osseux des isoflavones restent néanmoins parcellaires et contradictoires.

« Absence d’effet préventif des isoflavones du soja sur l’ostéoporose » - Crédit photo : www.lilly.be Cette étude multicentrique, randomisée, en double aveugle contre placebo, a été conçue pour étudier sur un an les effets d’une supplémentation en isoflavones sur la perte osseuse post-ménopausique, le remodelage osseux et le statut hormonal. Trois cent femmes ménopausées depuis 1 à 5 ans furent recrutées en France, en Italie et aux Pays Bas. Aucune n’était ostéoporotique ni sportive professionnelle. Les femmes reçurent des biscuits et des barres céréalières qui, dans le groupe traité, étaient enrichies en isoflavones, de manière à en apporter 110 mg/jour. La compliance au traitement fut vérifiée par 4 dosages sanguins et urinaires d’isoflavones.

Deux cent trente-sept femmes terminèrent l’étude. Leur âge moyen était de 53 ± 3 ans. La compliance au traitement dépassa 90 %. Les lipides plasmatiques et la cytologie vaginale ne furent pas affectés dans le groupe traité. La densité osseuse au rachis lombaire diminua à un an, sans différence significative entre les deux groupes. Les marqueurs du remodelage osseux restèrent inchangés. Pendant l’étude, l’évolution du statut hormonal fut identique dans les deux groupes.

Cette étude ne retrouve donc pas d’effet d’une supplémentation en isoflavones pendant un an, alors même que le schéma de l’étude avait été conçu pour maximiser l’efficacité éventuelle de cette supplémentation : femmes en post-ménopause précoce, dose élevée, biodisponibilité des suppléments préalablement vérifiée, excellente compliance, durée suffisante. Le soja ne semble donc pas être en mesure de remplacer le traitement hormonal de la ménopause.

Référence :

  • Long-term consumption of isoflavone-enriched foods does not affect bone mineral density, bone metabolism, or hormonal status in early postmenopausal women: a randomized, double-blind, placebo controlled study. BRINK E. et al, American Journal of Clinical Nutrition 2008; 87 : 761-770.

(Objectif Nutrition n°89 - Septembre 2008)

SOURCE : Institut Danone

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s