« Manger c'est agir »

lu 5886 fois

L'opération « Manger c'est agir » découle de l'idée que le choix alimentaire exercé collectivement peut jouer un rôle majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique. Prenant en compte tout le cycle de production, de la culture jusqu'à l'assiette du consommateur, l'alimentation représente environ 1/3 des émissions de gaz à effet de serre (GES) globales en France. Objectif Climat travaille en partenariat avec le groupement des hôteliers-restaurateurs et la fédération des chefs de cuisine d'Alsace, ainsi que les restaurants universitaires.

L’association Objectif Climat

Objectif Climat est une association régionale créée en 2007 dont l’objet est de sensibiliser et de mobiliser les citoyens aux enjeux climatiques et énergétiques. Membre du Réseau Action Climat France et d’Alsace Nature, Objectif Climat se positionne aujourd’hui comme un acteur local consacrant l’ensemble de ses compétences et de ses projets à la protection du climat et à la transition énergétique.

Objectif Climat mène ses actions sur l’ensemble du territoire alsacien, en coopération avec les acteurs locaux, notamment les structures impliquées dans une démarche Plan Climat Energie Territorial, et les structures et associations impliquées sur l’énergie, les transports doux, l’alimentation et la consommation responsable.

La fédération des chefs de cuisine, restaurateurs d’Alsace

La Fédération des Chefs de Cuisine restaurateurs d’Alsace est un concentré d’Alsace gourmande, de la winstub à l’auberge de pays, du restaurant étoilé à la table régionale, tous les chefs de cuisine, dans un esprit confraternel, partagent avec vous leur passion pour la cuisine, l’art de recevoir et la promotion de leur vignoble et de leur terroir.

Créée en 1998, cette fédération est née à l’initiative de Michel LORENTZ, alors président des chefs de cuisine du Bas-Rhin, de Jean SEILER son homologue dans le Haut-Rhin et de Fernand MISCHLER, chef illustre du Cheval Blanc à Lembach.

Aujourd’hui 150 chefs alsaciens, membres de la Fédération des Chefs de cuisine, restaurateurs d’Alsace, ensemble à leur table, se distinguent par la qualité de leur cuisine et leur rayonnement, le niveau de leur accueil et la justesse de leur service. Dans ces maisons familiales, ancrées dans leurs régions, qui souvent se transmettent de générations en générations, l’accueil personnel des propriétaires et la convivialité des clients réchauffent les coeurs.

L’alimentation et le climat

L’alimentation est un poste important dans les émissions de GES de chaque citoyen car : « notre assiette, c’est 1/3 des émissions de gaz à effet de serre » (Claude Aubert, Ingénieur agronome). Ceci s’explique par le fait qu’avant d’arriver dans notre assiette, un aliment engendre des GES pour le cultiver ou le produire, le transformer, le conserver, l’emballer et le transporter. Un repas est dit « sobre en carbone » lorsque son élaboration a généré peu de GES. Cette réduction d’émissions d'environ 50% des GES de notre assiette est possible grâce à la mise en place des actions suivantes :
  • L’utilisation de produits locaux et de saison et si possible issus de l’agriculture biologique : La consommation de produits agricoles en dehors de leur saison de culture engendre beaucoup plus de pollution que les produits consommés au fil des saisons. D’autre part, les produits hors saison sont souvent cultivés hors sol, sous serre et de manière intensive.
  • L’utilisation d’une viande locale, de qualité et de préférence viande de volaille : La viande pèse lourd dans notre alimentation mais toutes les viandes n’émettent pas la même quantité des Gaz à Effet de Serre : la production d’1 kg de veau rejette environ la même quantité de GES qu’un trajet automobile de 220 km (1 kg d’agneau de lait : 180 km, 1 kg de boeuf : 70 km et 1 kg de porc : 30 km).
  • La limitation de la production des emballages inutiles et de déchets en général : La quantité de déchets en France a doublé lors des quarante dernières années et les emballages alimentaires représentent un tiers des déchets ménagers.
  • La réduction de la consommation des produits congelés : Les produits surgelés demandent jusqu’à 10 fois plus d’énergie que leur équivalent frais car, en plus de celle nécessaire à leur fabrication, ils doivent être conditionnés spécifiquement et maintenus à -18°C jusqu’à leur consommation.

Un repas sobre en carbone peut permettre d'économiser jusqu'à 5 kg eq CO2 par rapport à un repas classique. En plus de diminuer des émissions de GES, l'alimentation sobre en carbone permet de :

  • préserver l'environnement, les sols, l'eau, la biodiversité locale, ainsi que le bien être des animaux d'élevage.
  • Diminuer la quantité des déchets, en réduisant l'utilisation d'emballages.
  • Renforcer l'économie et le développement local, en encourageant les consommateurs à acheter des aliments produits non loin de chez eux. Consommer des produits locaux favorise le maintien du tissu agricole et agroalimentaire régional, présente un impact positif sur l'emploi local et procure aux producteurs un revenu équitable et durable.
  • Répondre aux besoins nutritionnels humains, en proposant une alimentation accessible à tous, saine et équilibrée.

L’historique de l’opération

En partant de l’idée que le choix alimentaire exercé collectivement peut jouer un rôle majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique, Objectif Climat a initié dans le cadre des « Rendez-vous Citoyens du Climat » 2007 l’opération « Mangeons sobre en carbone », au restaurant le Scala à Strasbourg. L’opération consiste, d’une part, à accompagner les restaurateurs dans l’organisation des « repas sobre en carbone » et d’autre part, à apporter des éléments de connaissance à la clientèle du restaurant afin de lui permettre d’appliquer les principes de l’alimentation sobre en carbone à domicile.

Cette opération a remporté un vif succès auprès des clients et a été une grande satisfaction pour les restaurateurs. Elle a donc été élargie à plus d’une trentaine de restaurants privés, cantines scolaires et restaurants universitaires lors des éditions 2008 et 2009. Le CEFPPA (Centre Européen de Formation et de Promotion Professionnelle par Alternance pour l’industrie hôtelière) est également partenaire de l’opération, pour la formation des futurs chefs. Grâce aux Plans Climats Territoriaux des pays alsaciens, la démarche a également été relayée et renforcée au niveau local. Lors de l’édition 2010, l’opération été renommée « Manger C’est Agir ». Les actions mises en place ont permis de toucher environ 8000 personnes et d’éviter ainsi l’émission de près de 10 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Fort du succès de l’opération, Objectif Climat a décidé pour l’édition 2011 d’élargir le partenariat d’en faire un projet à part entière. Ainsi, la fédération de chefs de cuisine, restaurateur d’Alsace et le groupement des hôteliers restaurateurs et débitants de boisson du Bas-Rhin ont souhaité s’associer au projet, ce qui permettra d’augmenter la portée de la démarche.

Le choix du vecteur « gastronomie » pour agir en faveur de la protection du climat possède la double caractéristique suivante :

  • Il permet de toucher potentiellement un très grand nombre de personnes, a priori pas forcément convaincues par le sujet.
  • Compte tenu des différences identifiées entre les niveaux d’émissions respectifs d’un repas classique et d’un repas sobre en carbone, l’action proposée ne produit pas des résultats marginaux, bien au contraire. A titre d’exemple, si chaque Alsacien remplaçait un repas normal par un repas sobre en carbone par mois, ce geste pourrait permettre d’économiser jusqu’à l’équivalent des émissions annuelles de gaz à effet de serre d’une ville de 3 500 habitants.

Les objectifs de l’opération

1 - Sensibiliser les restaurateurs et leur clientèle aux enjeux du réchauffement climatique et à l’impact des choix alimentaires sur le climat.

2 - Accompagner les restaurateurs et le grand public, les inciter à passer à l’action en leur donnant les clés pour une alimentation sobre en carbone.

3 - Promouvoir un mode de cuisine original et respectueux de l’environnement tout en favorisant l’économie locale.

4 - Permettre aux professionnels alsaciens du secteur engagés dans la démarche d’acquérir une plus-value par rapport aux professionnels d’autres régions françaises.

Les deux derniers objectifs cités ci-dessus vont au-delà des enjeux climatiques. Ainsi, en incitant les restaurateurs à consommer des produits locaux et en créant une appellation régionale « repas sobre en carbone », le projet vise à favoriser l’économie et le tourisme de l’Alsace.

Pour en savoir plus, consulter www.objectifclimat.org

SOURCE : Objectif Climat

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s