« Lait de croissance » : les garanties doivent être maintenues !

lu 3167 fois

Entre 1 et 3 ans, les enfants en bas âge connaissent une phase de croissance et de développement très intense. Durant cette période, ils ont des besoins nutritionnels spécifiques et une fragilité physiologique qui nécessitent des apports nutritionnels contrôlés et un haut niveau de protection.

Depuis plus de 35 ans les législateurs européens et français ont encadré les produits d’alimentation destinés aux populations fragiles, dont les enfants en bas âge, en s’appuyant sur des recommandations scientifiques.

La directive cadre 2009/39/CE fixe les règles qui s’appliquent à ces aliments spécifiques : apports nutritionnels encadrés, protection sanitaire renforcée, étiquetage détaillé. Cette directive est en cours de révision, les premiers échanges laissent supposer que le « lait de croissance » pourrait être écarté de ce futur texte.

Le « lait de croissance » est fortement associé à l’alimentation des enfants en bas âge

Selon un sondage TNS Sofres de juin 2011, 99% des mères déclarent qu’elles connaissent le « lait de croissance » destiné aux enfants en bas âge. Par ailleurs, des études montrent que les enfants qui consomment du « lait de croissance » reçoivent de meilleurs apports en fer[1], en vitamines et minéraux ainsi qu’en acides gras essentiels[2].

Or la commission européenne, dans sa proposition de révision du règlement, ne souhaite pas appliquer une réglementation spécifique au « lait de croissance »

Les débats parlementaires actuels risquent de conduire à une réglementation qui ne couvrirait pas le « lait de croissance » celui-ci serait, dans ce cas, soumis à la seule législation alimentaire générale, conçue pour assurer la protection de la population générale et non celle des enfants en bas âge.

Maintenir un haut niveau de protection nutritionnelle mais aussi sanitaire des aliments pour enfants en bas âge

Même si la réglementation relative aux aliments courants permet de garantir un niveau élevé de sécurité, du fait de la fragilité des enfants de 0 à 36 mois des règles spécifiques s’appliquent aux aliments qui leur sont destinés : par exemple en matière de contaminants (mycotoxines, métaux lourds), résidus de pesticides (< 10 µg / kg pour la plupart des substances), nitrates, critères microbiologiques, matériaux au contact de ces denrées. C’est pourquoi il est indispensable que le « lait de croissance » bénéficie au même titre que les autres produits destinés aux enfants en bas âge d’un encadrement réglementaire européen, afin de leur assurer un haut niveau de protection nutritionnelle et sanitaire.

A ce titre, le SFAE souhaite vivement que les parties prenantes agissent dans le sens d’une réglementation uniforme couvrant l’ensemble des produits destinés aux enfants entre 0 et 36 mois.

[1] La prise en compte de la carence martiale a été reconnue comme priorité de santé publique par le PNNS 2.

[2] Article du Comité de Nutrition de la Société Française de Pédiatrie, publiée en avril 2011 : "Lait de vache ou lait de croissance : quel lait recommander pour les enfants en bas âge (1–3 ans) ?" J. Ghisolfi a, M. Vidailhet b, M. Fantino c, A. Bocquet d, J.-L. Bresson e, A. Briend f, J.-P. Chouraqui g, D. Darmaun h, C. Dupont e, M.-L. Frelut e, J.-P. Girardet i, O. Goulet e, R. Hankard j, D. Rieu k, D. Turck - Comité de nutrition de la Société française de pédiatrie.

Source : Syndicat Français des Aliments de l'Enfance (SFAE)

SOURCE : Syndicat Français des Aliments de l'Enfance

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s